Les Guerres Wess’har, La cité de perle -Karen Traviss

La cité de Perle de Karen Traviss

Les Guerres de Wess’har

Bragelonne

Les Guerres de Wees’har est une série explorant un registre susceptible de diviser les critiques : la « guerre » et ses soldats.  L’éternelle question (tout comme la guerre) tournera autour de la qualification du récit:  SF militariste (traduire par bas du front) ou SF militaire (lecture acceptable). Sans y plonger le nez, le thème et le quatrième de couverture le classent  dans la lignée d’un Honor Harrington à la réputation « peu enviable »…

En effet, dès qu’un auteur s’attaque à ce vaste et délicat sujet, une partie de la critique a tendance à descendre le livre s’il ne dénonce pas avec force la guerre et les belligérants. Finalement, c’est un point de vue assez négatif qui m’a donnée envie de le lire car j’étais très agacée par les poncifs contenus. Bien m’en a pris.

Au premier rang des reproches, un génocide planétaire au nom de l’écologie. Effectivement, Karen Traviss a pris un parti assez tranché et visiblement osé. Sur la planète Cavanagh, Aras est un guerrier Wess’har redoutable en charge de la surveillance des colons humains survivants. Aras fait partie d’un race extra-terrestre très à cheval sur la préservation de l’environnement au point de régler le problème de façon radicale. Très radicale : élimination de toute la population d’une planète! Cela peut donc choquer ou agacer quelques sensibilités. Le lecteur choisira d’y voir une attaque en règle mesquine, ou un danger potentiel liè à l’écoterrorisme. Personnellement, je ne considère pas Karen Traviss comme une visionnaire, et cependant, le fondamentalisme peut prendre de nombreuses formes. Par conséquence, les colons de la planète doivent être irréprochables sur ce point.C’est une problématique  cruciale car ils sont pris entre les nécessités de la survie dans un environnement peu hospitalier, et les exigences intransigeantes des Wess’har. D’où l’envoi d’un officier environnemental, Shan Frakland.

Évidemment, l’écueil central dans la SF militaire/militariste est le traitement des conflits et des combattants. Il faut préciser que La cité de perle ne relate pas une guerre de grande envergure. Les personnages principaux, militaires de leur état, peuvent d’office parquer le roman dans la SF militariste, un sort potentiellement conforté par les scènes de violence. Karen Traviss connaît bien ces sujets et nous décrit des protagonistes qui sonnent justes, explorant leurs motivations, leurs valeurs et leur quotidien. Les personnalités sont complexes, avec parfois une touche d’ambivalence, surtout quand les situations se tendent. Frakland et Aras sont plutôt très réussis. Les interactions sont franches et viriles – ce qui peut chatouiller une fois encore quelques sensibilités – et pourtant très réalistes dans ce cadre martial. Le stress subi par les divers personnages est bien rendu et l’ambiance souvent tendue même pour nous, simple lecteur. Nous apprenons comment les jeux politiques, la propagande et les inconséquences enclenchèrent cette crise, et la perte totale du contrôle des événements…

La description de cette civilisation extra-terrestre est intéressante et crédible. Karen Traviss nous la présente comme la première rencontre alien, avec toutes les hésitations, les incompréhensions, les maladresses auxquelles nous pouvons nous attendre. L’énergumène qui représente  les Wess’har fait son effet ( Aras me fait penser au Predator…) et participe pleinement à notre découverte de cette culture « jusqu’au boutiste » dont la philosophie est plus élaborée que le simple anéantissement. S’agissant d’un premier tome, nous en poursuivrons la découverte dans les prochains romans.

L’intrigue est tout à fait prenante, et une fois les premières pages lues, il est difficile de ne pas aller jusqu’au bout. L’écriture est claire, le style agréable. Ce premier tome manque un peu de rythme sans que cela soit rédhibitoire. L’univers intéressant de Karen Traviss ne demande qu’à s’enrichir.

Pour être claire, j’ai aimé ce roman bien construit exposant des thèmes d’actualité,   et un peu de testostérone bien distillée ne fait point de mal!

4 réflexions sur “Les Guerres Wess’har, La cité de perle -Karen Traviss

  1. J’ai lu le tome 1 à sa sortie, et honnêtement, je n’en ai que des souvenirs très nébuleux. Je me demande si je l’ai terminé, d’ailleurs. Ta critique me donne envie de me replonger dedans, d’autant plus qu’il me semble bien que je possède aussi le tome 2 que, du coup, je n’ai jamais lu.

    Concernant la distinction SF militariste / militaire, tu connais ma position dessus, pour moi, il n’y a que de la SF à contexte militaire, point. Le reste relève des opinions politiques de l’auteur, de son éditeur ou de son lecteur.

    Aimé par 1 personne

    1. Pour la distinction SF militaire je le fais sciemment car je ne voudrais pas que le livre soit écarté en raison d’un étiquette stupide. Je connais ta position sur le sujet et je suis entièrement d’accord avec toi. Malheureusement, j’ai vu le livre critiqué comme « bas du front » car c’est militaire. Mon tempérament sanguin a fait que mon fluide vital n’a fait qu’un tour (Drakhull n’étant pas là, je peux utiliser le mot sang!), te je reviens dessus. Cela m’agace, m’agace….

      Que le livre ne t’ait pas laissé un souvenir tranché, ne m’étonne pas. Le roman – que j’ai aimé – souffre de quelques défauts : un rythme un peu lent, un univers qui doit s’étoffer, besoin d’originalité plus marquée. Je le trouve agréable qui sonne juste quant aux personnages et leurs interactions empreintes de virilité et de camaraderie. C’est un bon tome d’introduction sans plus.
      Le tome 2 est moins bon.

      J'aime

  2. Ping : Juin 2016, sans jus ni soleil – Albédo

  3. Ping : La vie de ma PAL – Juillet 2016 | Les Lectures de Xapur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s