Magie Noire à Soho – Ben Aaronovitch

Magie Noire à Soho de Ben Aaronovitch

Le dernier apprenti sorcier, tome 2

Les nouveaux millénaires

 

Le mois dernier, le blog vous proposait la critique du premier volume du Dernier apprenti sorcier intitulé Les rivières de Londres de Ben Aaronovitch. Un roman policier fantastique, flirtant avec l’urban fantasy que j’avais trouvé rafraîchissant et divertissant à souhait.

Avec Magie Noire à Soho, nous reprenons les mêmes ingrédients et basculons une fois encore sur une scène de crime sordide.

« Après avoir réconcilié les divinités qui se partagent la Tamise, et mis hors d’état de nuire un tueur en série sorti d’un conte pour enfants vieux de plusieurs siècles, l’agent Peter Grant et l’inspecteur Nightingale pensaient pouvoir souffler un peu. Mais le repos n’est pas une option pour les deux derniers sorciers de Londres : ce sont cette fois les jazzmen de la capitale anglaise qui meurent un peu trop souvent et dans des conditions un peu trop suspectes.
Au son du swing, du bop et de l’électro, Peter nous emmène dans les clubs enfumés de Soho, où magie et musique forment les deux faces d’un même penny... »

Voici donc ce que nous promet l’éditeur, un roman à l’atmosphère épaissie par la fumée des cigares (et autres curiosités)tandis que le cœur se laisse bercer par une musique aux accents de la Louisiane; une plongée dans le quartier chic et déjanté de Soho.

Dans ma critique précédente, Les rivières de Londres, J’exposais combien combien ce premier tome m’avait plue. Mes attentes sur ce deuxième étaient assez élevées. Autant dire tout de suite que ce n’était pas ce à quoi je m’attendais sans que j’en ressorte déçue.

En effet, l’ambiance est nettement plus sombre dans Magie Noire à Soho. Peter Grant et Nigthingale enquêtent sur un meurtre presque aussi lugubre que le précédent. Les indices puis les pistes secoueront méchamment leurs nerfs au risque de  bouleverser leur santé mentale, le tout sur une musique lancinante, et une magie noire qui se marie parfaitement aux heures les plus sombres de la nuit.

Côté trame, Ben Aaronovitch connaît son affaire et prend un plaisir sadique à nous mener de traquenards en fausses pistes, jouant une partition sauvage sur un rythme ensorcelant. Il y a toutefois, une partie un poil glauque et morbide à laquelle je ne m’attendais pas. Ce n’est pas gênant en soi car c’est cohérent avec le contexte, et nous sentons bien que l’auteur étoffe son univers sans concession pour les prudes ou d’autres considérations commerciales. Finalement, c’est logique et cette position renforce même le crédit Du Dernier apprenti sorcier. Je le signale, car si vous y êtes sensible comme je le suis mieux vaut être prévenu.

En outre, nous découvriront d’autres facettes du protagoniste principal, Peter Grant qui évolue de manière naturelle et gagne en maturité. Même son côté parfois naïf n’entache pas le charme lié à ce jeune enquêteur et apprenti. De même Nigthingale reste à mes yeux un mentor toujours aussi séduisant et un poil énigmatique.  Un bémol au sujet des personnages secondaires et féminins qui restent à peine esquissés, alors qu’un peu plus de soin serait bienvenu. Le bestiaire s’enrichit également, notamment avec cette chose qui tranche le vagin des femmes…. Ah, mais je l’avais dit que ce n’était pas un roman pour enfants de chœur!

Ben Aaronovitch poursuit son exploration d’un Londres contemporain et secret avec maîtrise et un humour so british. Dans ce deuxième volet des enquêtes du dernier apprenti sorcier, le lecteur découvrira que magie et jazz se marient parfaitement dans un atmosphère non pas lugubre mais sombre et envoûtante.  Le tout est élégamment agrémenté de références londoniennes (Soho), musicales (Simone) et littéraires (vampire). Le mash-up est fort sympathique et je ne demande qu’à poursuivre l’aventure.

Autres critiques :

Mes Imaginaires

Challenges :
Challenge Littérature de l’Imaginaire – 5° édition
Le Livre :

A post shared by Albédo (@lutin82) on

 

28 réflexions sur “Magie Noire à Soho – Ben Aaronovitch

  1. Merci à toi pour cet article ! Ca me donne toujours envie de lire le premier tome, et désormais en poursuivant donc peut-être sur le second. Le côté morbide et glauque ne me gêne pas trop (alors qu’au cinéma ça m’aurait davantage gêné).
    A+

    Aimé par 1 personne

  2. Boudicca

    Je suis en pleine lecture du premier (il me reste une centaine de pages) et je te remercie pour la découverte, c’est effectivement très plaisant 🙂 C’est bien de savoir que la suite est du même acabit !

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : Avril 2017, ne te découvre pas d’un livre! – Albédo

  4. Ping : Quelques instants de lecture…. Avril – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s