Face à Face avec Méduse de A.C. Clarke

Et autres nouvelles

Bragelonne

Prix Nebula 1972

Les chroniques de Méduse de Reynolds & Baxter étant au « programme » et faisant intensément saliver mes neurones; Face à face avec Méduse, la nouvelle l’ayant inspiré, s’imposait! Surtout que dans un cas comme dans l’autre, l’ami Apophis le conseille fortement.

L’objet de ce récit est contenu dans le titre, une première rencontre du troisième type. La saveur en reste particulière, il fut écrit par un des auteurs références de la SF : Arthur C. Clarke. Ce sont des atouts fort séduisants pour tout amateur de « grandeurs« . 😉

Une fois la lecture achevée, il serait facile d’oublier qu’il s’agit d’un texte datant de 1971. Le ton n’a pas perdu de sa modernité, les éléments descriptifs ne dépareillent pas de notre époque ou du futur que l’on imagine.

Il serait aussi facile – et trompeur – de se dire que finalement ce récit est assez commun, que nous avons déjà lu une histoire de premier contact un paquet de fois. Effectivement quand vous affichez à votre compteur quelques grands noms de la SF (Banks, Reynolds, Anderson, Heinlein, Egan, Baxter, Robinson,…) vous avez été gâtés  avec des univers virevoltants, des idées novatrices, des mondes à couper le souffle, des premiers contact à qui mieux-mieux. Vous pourriez donc restez sur votre faim. Et encore…

1971.

Face à face avec Méduse présente le triple avantage de : nous immerger dans Jupiter comme rarement, de prendre contact avec un ET vraiment remarquable et de savourer de nombreuses références.

Sur le premier point le détour par la géante gazeuse vous en mets plein les yeux. Howard Falcon est un pilote d’essai qui suite à un sérieux crash de dirigeable (moderne) a bénéficié de quelques améliorations. Il est donc un des rares hommes à pouvoir tenter l’expédition sur Jupiter. C’est à bord du Kon-tiki que commence l’exploration. Inutile de dire que la météo sur place n’est pas aussi paisible que sur notre bonne vieille Terre. En revanche, le spectacle est à la hauteur des dimensions de la planète.

Au cours de cette aventure, le premier contact a lieu…. Avec une entité extra-terrestre phénoménale. Je vous encourage vivement à consacrer 0,99€ pour découvrir ces Méduses, au métabolisme surprenant. J’ai pensé à Peter Watts, sachant que lorsque j’ai lu l’auteur canadien, c’est l’inverse que j’aurai du faire… Dans Face à face avec Méduse, nous découvrons une espèce peu courante et fascinante qui tient toutes ses promesses.

Enfin, questions références, nous sommes servis entre le dirigeable Queen Elisabeth, le nom de la capsule d’exploration Kon-tiki, le rappel de l’accident du Hidenburg, l’existence même d’un nouvelle technologie de dirigeables, autant de clins d’œil aux pionniers du défi aérien, de l’exploration, ou des bateaux emblématiques .

Certes, la narration reste vraiment classique et nous n’avons que peu de rebondissements, mais quel beau voyage! En sus, l’aspect Hard-SF très abordable et pédagogique en fait une lecture conseillée pour tout amateur du genre.

Face à face avec Méduse est suivie de deux courtes nouvelles : Marée neutronique et Retrouvaille, dont l’intérêt est relatif.

Autres critiques :

ApophisLe Maki

27 réflexions sur “Face à Face avec Méduse de A.C. Clarke

  1. Lu aussi il y a très peu de temps.
    Nous sommes prêts pour le couple Baxter/Reynolds ! 😀

    Et pour ceux qui voudraient lire cette nouvelle en papier, elle est dispo dans l’intégrale des nouvelles de Clarke, « Odyssées » chez Bragelonne, mais c’est un épais volume (plus d’une centaine de nouvelles pour plus de 1100 pages !) qui coute 28€. Ou alors dans quelques autres recueils ou anthologies seulement trouvables en occasion. 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Aha! je vois que nous avons préparer notre lecture! Nous sommes de bons élèves! 😉

      Oh! Super pour cette info. Je vais l’inclure dans l’article pour ceux qui chercherai la version papier. Merci Lorhkan! 🙂

      J'aime

    1. Ah! la SF c’est une drôle d’aventure. Ou tu y tombes petits dedans, ou c’est un apprentissage en douceur. Ici, c’est plutôt accessible, avec un Jupiter fascinant et des Méduses..et bien de drôles de méduses. 😉

      J'aime

  2. Ping : Le Sultan des nuages – Geoffrey Landis – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s