Les derniers jours de l’émerveillement – Graham Moore

Et la lumière fusa…

 

Les derniers jours de l’émerveillement de Graham Moore, roman historique, faisait partie de ma liste de Noël, avec tout simplement la première place…. Pour dire combien l’envie de le lire était intense. Déçue, je ne le fut point, et je vous le recommande comme vous pourrez le constater.

Ce jeune auteur américain qui n’en est pas à son premier essai nous offre un roman passionnant sur la « guerre des courants » qui eu lieu à la fin du XIX° siècle. A travers, ces mots vous devinez qu’il s’agit d’un texte qui ne cadre pas totalement avec la ligne SFFF du blog.

Cette entorse se justifie toutefois par l’objet de l’histoire contée, les libertés prises par Graham Moore quant à la trame temporelle, et par les thématiques qui, elles, collent parfaitement avec un de mes genres favoris, la science-fiction.

Je tiens à remercier chaleureusement Aelinel pour sa brillante chronique ainsi que ma Bonne fée dont l’avis éclairé était convaincant.

Un roman historique sur les sciences

En soi, un roman historique sur les sciences montrant l’impact d’une nouvelle technologie sur la société justifie amplement de trouver une chronique relative au texte de Graham Moore, Les derniers jours de l’émerveillement. L’auteur explique dans sa postface les libertés prises avec la trame temporelle réelle afin de dynamiser un récit aux détours et contours juridiques appuyés. De plus, même si l’histoire a laissé de nombreux témoignages sur les hommes directement impliqués dans la « guerre des courants » ou encore sur la bataille relative au brevet de L‘ampoule électrique, il lui a bien fallu comblé les blancs et les zones d’ombre avec ses propres interprétations, et son imagination.

En effet, quelques protagonistes nous sont familiers, d’autres demeurant sans doute un peu plus en retrait dans la mémoire collective. Toutefois, les quatre personnages principaux – et quelques secondaires – ont réellement existé et se sont opposés avec passion autour de l’ampoule électrique, puis du courant alternatif.

Ainsi Edison déposa-t-il un brevet lui permettant d’exploiter, lui et uniquement lui, son invention à des fins commerciales. Sa brillante idée couvrait tous les champs possibles de l’éclairage électrique; d’après lui, il n’y avait qu’une seule Ampoule, les autres prétendants, n’ayant produit que de pales copies visant à s’enrichir sur le dos de son génie. C’est ainsi que débuta une bataille juridique sur fond d’éclairage public et privé qui dura plus de deux années ( en réalité plus d’une dizaine d’années) opposant Edison à George Westinghouse. L’avocat de ce dernier, un jeune inconnu, devait rester dans les annales de la profession, en raison de ce combat de longue haleine ainsi que de l’innovation dans le domaine juridique, la firme, au sens le plus américain du terme.

Un autre larron intervient dans l’imbroglio légal, un homme que l’Histoire retiendra, à la créativité lumineuse : Tesla.

Initialement embauché par le grand Edison, il finit par rejoindre l’équipe de Westinghouse, dans sa lutte ampoulée. Le but initial étant de proposer un autre objet permettant l’éclairage, mais Tesla, illuminé comme il l’était, ingérable également, ne peux se tenir à cette ligne de conduite et leur offre autre chose : le courant alternatif et tout son potentiel. Bien entendu au grand dam de du fondateur du futur Général Electric.

Je vais éviter de rentrer dans les considérations scientifiques entre les courant continu et le courant alternatif, nous utilisons principalement le second et le hasard – ou la légalité – n’ont rien à voir dans ce choix…

Sachez simplement que suite à ce rebondissement technique, le conflit juridique s’envenime, et les attaques tout azimut vont porter sur les dangers et la létalité du courant alternatif. Oui, oui! Vous avez bien lu.

Un roman aux thématiques sciences-fictives

Les derniers jours de l’émerveillement est donc un roman historique prenant et dynamique qui en plein la vue.  La science se trouve au cœur d’un conflit déchainant les passions de la population, les déferlements journalistiques ainsi qu’une empoignade de juristes de grande ampleur. Cet aspect à lui seul justifie la présence cette chronique dans ces pages, car la place de la technologie y est évoquée avec habileté, et nous pousse à réfléchir sur nos perceptions et nos certitudes vis-à-vis des procédés techniques sources de contradictions.

Moult péripéties entourent l’émergence du courant alternatif. Les âmes très sensibles risquent fort d’être touchées par une ou deux scènes assez macabres.

Objet d’un débat public passionné, de manœuvres savamment orchestrées, de méfiances disproportionnée, cette nouvelle technologie va marquer un tournant dans toutes les strates de la population, et faire basculer le monde vers une dynamique effrénée.

C’est avec un œil amusé, même parfois dubitatif, que le lecteur constate combien cette bataille âpre s’est aventurée bien au-delà du terrain juridique, détournant et s’acharnant sur ce monstre inconnu qu’est le courant électrique, et l’alternatif en particulier. Considéré comme un vecteur d’énergie nuisible, dangereux et inadapté à la vie, les experts s’opposèrent afin de rallier d’abord les juges, les journalistes et ainsi la population à leur vue.

La réputation précédant d’abord Tesla, puis sa technologie servira les intérêts d’Edison, particulièrement opposé à cette électricité impossible à maîtriser. Ce n’est donc pas une surprise si les divers quotidiens lui firent mauvaise presse s’empressant de relayer le moindre incident. Même des scientifiques jurèrent de son danger et de l’impossibilité de son exploitation, appuyés par divers incidents tragiques à ses balbutiements (rupture du barrage de Fréjus, par exemple).

Vous souriez ?

Et pourtant, de nos jours ne trouvons-nous pas un écho à cette fable scientifique ?

Un des points forts du roman de Graham Moore est d’illustrer la difficulté d’introduire des sciences et techniques qui révolutionnent le quotidien, et qui exigent une grande technicité. Les partisans s’affrontent, cherchant à rallier  l’opinion, quitte à déformer non seulement les implications, mais aussi, les faits scientifiques. Encore une fois, la thématique est parfaitement exposée et totalement d’actualité.  Chapeau!

 

La bataille des courants a fait coulé beaucoup d’encre, en opposant deux géants de l’invention, avec Nikola Tesla en périphérie. Au-delà de son volet juridique et de cette bataille qui fonde l’exercice moderne du droit, l’auteur pose ce cadre tel l’écrin destiné à recevoir un joyau, ici, le courant électrique et son application la plus immédiate, et surtout la perception par la société d’une innovation telle qu’elle s’apparente à de la magie. Le texte s’appuie sur la réalité historique, et l’auteur n’a pas hésité à accélérer le mouvement afin de délivrer un récit dynamique et captivant. A lire!

Ce livre est pour vous si :
  • vous aimez les romans qui ne vous poussent à réfléchir mine de rien
  • vous êtes curieux de nature
  • vous voulez découvrir l’histoire des sciences
Je vous le déconseille si :
  • vous ne comprenez rien à l’éléctricité
  • de toute façons vous êtes restés à la bougie!

 

39 réflexions sur “Les derniers jours de l’émerveillement – Graham Moore

  1. C’est marrant parce que j’ai vu apparaitre Tesla dans un livre que j’ai lu récemment 😛

    J’ai déjà vu ce livre passer mais j’avoue qu’il ne m’a jamais vraiment attiré jusqu’ici. Mais ça pourrait effectivement me plaire du coup je verrais si je le trouve à la médiathèque pour y jeter un œil ^^ (mais pas tout de suite de toute façon j’ai trop de trucs à lire en se moment xD)

    Aimé par 1 personne

    • tiens, trop de trucs à lire, toi ?….

      Je tiens à te préciser que je lis pas mal de romans historiques, et c’est le deuxiéme genre le plsu lu chez moi. Bien entendu, cela n’apparaît pas dans mon blog SFFF, mais ce Moore a une résonnance science-fictive à souligner.

      J'aime

    • Note de note : Graham Moore est aussi à l’origine du scénario de The Imitation Game où l’on retrouve aussi… Benedict Cumberbach. Amusant non ? Étonnante coïncidence. Je me suis demandé du coup s’il y avait un lien entre ce roman et The Current War.
      Gros coup de coeur aussi pour moi sur ces Derniers Jours de l’Emerveillement.

      Aimé par 1 personne

  2. Tu fais chier avec ta critique, cela me donne encore plus envie de le lire, notamment en rapport avec une de mes lectures actuelles où le progrès via l’électricité est un atout.
    Plus de six mois que j’attends que ma bibliothèque numérique le prenne, car à 18€ l’epub, je ne craquerai pas, c’est de l’abus. (et je présuppose des DRM….)
    Attention de ne pas louper le virage numérique Le Cherche-Midi, il n’y a pas que le progrès électrique…

    Aimé par 2 personnes

    • LOL!

      Je savais en le refermant que je e titillerai avec mon avis.

      Figure toi que je l’ai écrite deux fois cette chronique. C’est une de celle qui m’a pri le plus de temps car vraiment à part de mes lectures critiquée habituellement.

      Initialement j’étais partie sur un « plan » plus formaté : cadre/contexte – intrigue – personnages – thématique/style,…
      Mais je n’arrivais pas à placer la dimension « SF », du coup j’ai tout ré-écris, en me disant que ceux qui veulent plus classique trouveront sur le net des retours plus classiques et que je voulais m’adresser surtout aux lecteurs SFFF et leur dire en quoi cela pouvait leur correspondre. J’ai pensé ainsi à ce que je pouvais te dire! 🙂

      Oui, DRM et tout le toutim. Attend les 6 mois.

      Aimé par 1 personne

  3. Merci beaucoup pour le lien et ta confiance dans le choix de tes lectures! J’aime beaucoup ton retour très argumenté, je vois qu’il t’a bien plu alors je suis bien contente que cet émerveillement soit venu jusqu’à toi….A bientôt pour d’autres éclairages, avec électricité, sous la flamme d’une bougie, ou sous les scintillements d’ailes de fées….;)

    Aimé par 1 personne

  4. C’est un excellent roman en effet. Ça change de nos lectures habituelles mais ça fait du bien. Intelligent, drôle et historique.

    Je rejoins le chien critique pour le prix du numérique. Je l’ai trouvé d’occase à moins de 10 euros sur Priceminister. 😉

    Aimé par 1 personne

  5. Une délicieuse petite Fée m’avait déjà éclairé de ses ailes scintillantes vers ce titre !
    Me voilà maintenant galvanisée par un charmant Lutin !!!
    Quoi de plus normal lorsque l’on parle d’émerveillement, n’est-ce pas ? 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s