Harry Potter et la coupe de feu – J.K. Rowling

Une histoire qui pète le feu!

Harry Potter, tome 4

Prix Hugo 2001

Et les vacances sont finies! Elles étaient magiques. Maintenant place au nettoyage, au domptage de la jungle qui a remplacé le jardin et aux visites à mes insectes de compagnies préférés.

Parlant d’exotisme et de magie, j’ai achevé Harry Potter et la coupe de feu de J.K. Rowling, lecture faite dans le cadre du challenge Un an pour relire Harry Potter. Ai-je réellement besoin de vous présenter ce célèbre et jeune sorcier ? Je ne pense pas. Peut-être l’histoire ? Alors c’est parti avec le résumé de l’éditeur :

« Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année au collège de Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée : la tenue d’un tournoi de magie exceptionnel entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit… Trop vite. Il va se trouver plongé au cœur des évènements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter.« 

Ce quatrième volume est nettement plus consistant que les précédents, et bien que classé en livre jeunesse, il a suivi la croissance des adolescents – le public cible initial – en proposant davantage de maturité, de complexité ainsi que de plus grandes nuances.

Inutile de vous présenter à nouveau l’univers contemporain de la saga imaginée par l’auteur britannique. En revanche, ce quatrième roman offre une intrigue aux trames multiples, corsant agréablement la lecture et surtout l’intérêt du lecteur, même – ou surtout – adulte.

Le Tournoi des Trois sorciers

Ce tournoi prestigieux tournoi de magie oppose les plus grandes écoles de magie à travers la vieille Europe : Poudlard, Durmstrand ainsi que Beaux-Bâtons. Normalement, ce sont trois des élèves en dernière année qui s’opposent dans cette épreuve pleine de danger; exigeant astuce, connaissances et sang froid. Les prétendants déposent leur nom dans la Coupe de Feu, qui sera remise au lauréat. Cette dernière désigne les trois participants retenus au Tournoi lors d’une soirée spéciale. Mais, voilà, celle année, la coupe magique éjecte non pas trois, mais 4 morceaux de papier, le dernier portant la nom de Harry Potter.

Entre dangers incessants, admiration et jalousie, l’année de notre héros va être compliquée, surtout qu’il est soupçonné aussi bien par les étudiants qu’une grande partie des adultes d’avoir triché pour s’infiltrer malicieusement dans cette épreuve de prestige.

Cette trame est relativement classique dans les romans d’aventures avec épreuves. Il faut dire qu’il y a une très longue tradition européenne en la matière car les différentes mythologies grecques ou romaines en regorgent, et qui ne connaît pas au moins de nom L’épopée d’Ulysse relatée dans l’Iliade de Homère, ou encore Les 12 travaux d’Hercule…

C’est sans doute cette familiarité avec ces aventures extraordinaires qui ont bercé notre imaginaire collectif depuis nos plus jeunes années qui explique la délectation à l’idée de suivre ce concours certes plus moderne mais tout aussi périlleux. Pas si loin de la littérature, ne peut-on faire un parallèle avec les Jeux Olympiques qui mettent en valeur les qualités requises pour participer au Tournoi des Trois Sorciers?

Toujours est-il que ce challenge se monte à la hauteur aussi bien dans les épreuves imposées aux candidats que dans les à-côtés. Et puis, comment diantre, son nom se trouve-t-il mêlé à tout ceci ? et POURQUOI?….

Meurtres à l’anglaise

Un meurtre a été commis il y a quelques décennies dans un maison un peu à l’écart. C’est lors d’un rêve de Harry que le lecteur apprend ce méfait. Dès lors, impossible d’échapper aux interrogations.

Quel rapport avec la Coupe de Feu ? Avec notre jeune sorcier ? Faut-il y voir une annonce nouvelle ? Un lien avec la famille ?

Les questions sont nombreuses, surtout que ces cauchemars sont récurrents. Et s’il ne s’agissait que d’une manifestation de stress intense ? Ou un sentiment de culpabilité lié à sa participation truquée au Tournoi ?

Le retour de Voldemort

Cette dernière hypothèse n’est pas à écarter d’un revers dédaigneux de la main, même si l’on est fan du jeune sorcier à lunettes. Le cerveau sous une pression intense est non seulement perméable aux influences, mais se comporte également étrangement. Le cocktail des deux peut très bien conduire à une psychose temporaire ou à d’autres manifestations symptomatiques d’un mal-être certain.

Surtout que la journaliste de scoop et de charme Rita Skeeter (certes dans des articles mensongers) brosse un portrait assez criant d’un jeune adolescent dépassé par les événements.

Alors quand Harry commence à lancer des alertes sur un éventuel retour de Voldemort, il n’est guère pris au sérieux. Et quand il l’affirme que son retour est imminent, ce n’est que l’esprit fatigué d’un jeune homme qui est considéré autour de lui…

Certes, Voldemort a des partisans acharnés qui rêvent de son retour, mais le redoutable sorcier n’a pas de coquille physique. Il ne survit que par le truchement d’expédients humains, et ne demeure qu’une vague menace.

Sur ce registre à la lisière de la paranoïa et appliquant habilement les codes du fantastique qui brouille les frontière entre la réalité et la maladie, Rowling joue sur du velours. En effet, comment écarter l’hypothèse du simple cauchemar ? Comment ne pas douter alors que rien n’atteste  qu’Harry ne craque pas réellement ? Si vous aimez Poe ou Maupassant, vous vous régalerez lors de ces passages.

Un tome riche en émotion

Outre, un bon roman d’aventure avec une influence certaine de la tradition homérique, c’est un récit riche en émotion que propose J.K. Rowling. En effet, même si le lecteur n’est pas fan du personnage titre, il est difficile de ne pas éprouver une once de compassion pour le jeune héros si maltraité. L’épreuve morale et psychologique est d’autant plus difficile qu’il voit ses amis proches s’éloigner de lui, et que même le professeur Dumbledore marque une certaine indifférence à son égard. Rogue serait-il son seul soutien ?!!! Quelle ironie!

Il faut signaler que ce quatrième volume a conquis le prix Hugo en 2001. Et oui, rien que cela.

Personnellement, Harry Potter et la coupe de feu a été une bonne relecture. J’en gardais un souvenir nébuleux, conservant en mémoire les moments clés de l’intrigue, et j’ai savouré cette remise dans le bain. Effectivement, le classement en Young Adult se justifie avec une bande de héros adolescents et des problématiques propres à cet âge (les premiers émois amoureux, la puberté, prise de conscience de l’environnement, les prémices de la séduction, la féminité,…) et même dans cet enchaînement des Travaux d’Hercule proposés aux participants. Cependant, l’intrigue est plus complexe que ce seul concours, avec ses trames associées; la psychologie des personnages est plus poussée, il n’y a plus cette dichotomie marquée dans les autres tomes, et corollaire, l’ambiance est nettement plus nuancée et sombre…

Un tome de transition aussi bien pour la saga que pour les héros (et leurs lecteurs) qui font leurs premiers et difficiles pas dans l’âge adulte. Réussi, bien dosé en action et en émotion.

Ce livre est pour vous si :
  • vous aimez Harry Potter évidemment!
  • vous souhaitez de la magie, de la vraie et dans tous les sens
  • vous trouvez l’Iliade trop antique
  • Parfait pour se préparer à la rentrée scolaire
je vous le déconseille si
  • vous ne supportez pas les adolescents et leurs questions existentielles
  • L’école et vous, cela fait plus que 2…
  • Vous en avez votre claque de HP!
Autres critiques :

La liste est longue…

Le Bilbliocosme Le pingouin vert

Challenges :

Le pavé de l’été!

  • 780 pages

pavc3a92018grdred

16 réflexions sur “Harry Potter et la coupe de feu – J.K. Rowling

  1. J’adore ce quatrième tome qui est vraiment, comme tu le dis, un tome de transition. On sent bien que les choses sérieuses commencent et que les personnages ont vraiment grandi. J’aime bien cette petite rétrospective, ça me donne envie de les relire à mon tour ^^

    Aimé par 1 personne

  2. Je me rappelle quand je l’ai lu la première fois, j’avais l’âge de Harry. C’est mon tome préféré car j’avais vraiment été absorbée par l’histoire. L’adolescente que j’étais avait trouvé son bonheur dans l’intrigue et dans la prise en maturité de l’histoire. J’adorais aussi l’univers de Durmstrang ! Je partage pleinement ton avis !

    Aimé par 1 personne

  3. Il est très chouette ce tome et très important aussi. Je crois me souvenir qu’Harry commence à devenir énervant dans celui-ci, mais c’est dans le 5ème qu’il est vraiment insupportable Xd (crise d’ado tout ça).

    Aimé par 2 personnes

  4. C’est un peu la fin de l’innocence ce tome-là (quoique c’est valable pour le 3 aussi). Je l’aime bien ce livre, c’est pas mon grand favori mais c’est celui où on commence à sentir que rien ne va être facile pour Harry, parce qu’être un héros c’est pas juste affronter des dragons, c’est aussi gérer son image !!

    Aimé par 1 personne

    • Oui, c’est aussi valable pour le tome 3. Même surtout pour le tome 3.
      L’innocence est bien terminée. Celui-ci va plus loin car il y a une prise de conscience et un véritable passage.
      Ce n’est pas mon préféré non plus….

      J'aime

  5. C’est aussi un tome que j’ai bien apprécié, la noirceur se fait de plus en plus visible. Bon, c’est vrai que HP peut être agaçant, mais cela avait bien passé tout de même

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s