First Martians

Premiers pas sur Mars

 

Imaginez la Planète Rouge avec ses yoyos thermiques, ses vents ocres, ses rayonnements cosmiques. Vous y êtes. Les premiers modules sont disponibles, opérationnels, il vous incombe désormais d’établir une tête de pont solide, scientifique et permanente dans l’espoir d’y accueillir – peut-être  – de futurs colons.

Mais, rien ne vous sera épargné lors de cette aventure. Oubliez le roman d’Andy Weir, et l’interprétation de Matt Damon. Plongez directement vos mains dans le cambouis sablonneux de l’inhospitalière Mars.

Premier sentiment

First Martians n’est pas un roman, ni un essai, ni un film, une série ou un documentaire. Ce n’est pas non plus un jeu vidéo. C’est tout simplement un jeu de plateau. J’ai longtemps hésité sur la pertinence de faire une courte critique sur ce type de « produit », hors de la ligne « éditoriale » habituelle du blog.

Pourtant, l’imaginaire bat son plein, j’ai été projeté sur cette planète comme rarement. J’ai sué sang et eau, connu les affres de l’agacement maximum, le dépit devant un échec au moment critique, l’angoisse du lancer de dés et la montée de l’adrénaline devant un pari osé. Avec son lot d’exultation ou de frustration.

L’immersion proposée est totale. La difficulté est relativement élevée, du niveau d’un Dark Souls pour évoquer un jeu un peu connu (« You died »).

De quoi est-il question exactement ?

Les joueurs incarnent un équipe d’astronautes avec des spécialités diverses et complémentaires (Le jeu solo est tout à fait possible et très jouissif). Ils doivent faire face aux conditions éprouvantes de Mars, à la promiscuité quotidienne, mais surtout maintenir leur îlot de vie en parfait état de marche. C’est ici que le jeu devient plutôt costaud. Outre une mission (ou plusieurs dans le cadre des campagnes) à accomplir, la poussière abrasive, le rayonnement solaire et les conditions climatiques poussées, mettront les structures à rude épreuve, tout comme les nerfs de vos astronautes (et les votre également).

img1

Un des 4 astronautes

Concentration et anticipation sont au cœur des parties d’une durée d’une heure (ou moins en cas d’échec), et les erreurs déboucheront sur des conséquences impardonnables, impitoyables ou… inconséquentes (rarement). Le sentiment qui en ressort est le suivant : Mars comme si vous y étiez avec ses joies et ses peines.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le hub et les environs de Mars (ceux explorés)

La ré-jouabilité est conséquente, avec d’une part l’offre évolutive de l’éditeur qui de base offrait 6 scenarii et deux campagnes, et propose un an après deux scenarii supplémentaires (Épidémie et Déménagement). First Martians se joue avec l’accompagnement d’une application (sur smartphone, tablette ou PC), qui impose des événements en rapport avec le scénario, et qui accompagne les astronautes dans l’esprit de l’équipe  arrière sur Terre. Il y a également trois niveaux de difficultés pour les plus fêlés de l’épreuve ultime, et une mission réputée impossible même au niveau « facile » (chance de réussite estimée à 20 % dans ces conditions).

Pour quels joueurs ?

Si je devais faire une comparaison avec la littérature SF, j’évoquerais la différence qu’il y a entre un roman de SF et un roman de hard-SF. First Martians est un jeu de plateau de « Hard-SF »…

first_martians_2

panneau de contrôle des installations (et réserve de pièces détachées) – voyants au vert c’est cool, rouge : aïe!

En effet, si vous n’aimez pas les jeux qui collent à la réalité un tant soit peu, l’immersion proposée risque fort de vous décaper dès la première incursion sur les terres ocres de Mars. De même, les PDG ultimes (Pourfendeurs De Gonades) de la fantasy auront peut-être quelques peines à adhérer à cet univers à la fois exigeant, technique et « réaliste ».

Le jeu demande un certain temps pour se familiariser avec ses mécanismes et avec un livre de règles perfectible. Une fois, les premiers émois franchis, c’est une plein d’émotion et de fun… sauf si vous ne supportez pas de constater combien les conditions martiennes mettent la technologie humaine rude épreuve! Ou encore des jets de dés qui contrarient le destin de vos astronautes. Sur Mars, même le risque doit-être calculé.

Au final

First Martians est un jeu qui s’adresse à des joueurs confirmés, qui cherchent à vivre l’aventure martienne, et qui parviendront à faire jouer leur imagination pour absorber pleinement l’expérience proposée. Le matériel est de belle qualité et le plateau grandddd…. Et il est en français.

Un petit coucou à mon Troll, car tu y est pour beaucoup dans mon achat compulsif d’un jeu lié à Mars. Le lutin te remercie, le banquier un peu moins!

text_review_first_martians_1

Le matos

Ce jeu est pour vous si :
  • vous aimez les jeux de plateau ardu
  • vous rêviez d’explorations
  • vous voulez vivre des hauts et des bas
Je vous le déconseille si :
  • Du sang! des tripes! et des combats! C’est ça un jeu!
  • Vous avez horreur de lancer des dés, même une fois de tant à autres
  • vous n’aimez pas les jeux de plateau qui ont du matos
Autres critiques :

Nous verrons….

Un petit coup de pouce pour votre lutin adoré :

Envie de soutenir le blog ? Vous pouvez le faire en passant par le lien en dessous (pas de frais supplémentaire!).

Acheter First Martians

Ceci m’aide à financer l’hébergement du site sans publicité et à organiser des concours avec des romans à offrir.

18

 

 

 

 

23 réflexions sur “First Martians

  1. Oh, je ne connais pas du tout celui-ci. Pendant que tu tentais de survivre sur Mars, moi je m’occupais d’envoyer des fusées pleines de colons sur Ganymède. (d’où le nom du jeu de plateau, Ganymède tout simplement).

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    Je ne connaissais pas mais voilà qui m’intéresse. Merci pour cette découverte. J’imagine que le jeu n’a pas encore été traduit. J’espère que le livret de règles est suffisamment clair pour entrer rapidement dans la partie.
    Bravo pour cet article en tout cas.

    Aimé par 1 personne

    • Le jeu que je présente est traduit en français et disponible depuis peu.
      Le livret de règles n’est pas optimal. Même très moyen. En revanche, sur le site Edge « l’almanach  » est disponible en VF est propose les règles bien plus clairement. Il faut commencer par le premier scénario et ne pas hésiter à le faire 2 à 3 fois à différent niveau de difficulté.
      J’ai fait la première campagne et j’ai adoré.

      Merci!

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s