L’Ange de la nuit – Brent Weeks

La Voie des Ombres, tome 1

Bragelonne

Le tueur parfait n’a pas d’amis, il n’a que des cibles. Pour Durzo Blint, l’assassinat est un art et il est l’artiste le plus accompli de la cité, grâce à des talents secrets hérités de la nuit des temps. Pour Azoth, survivre est une lutte de tous les instants. Le petit rat de la guilde a appris à juger les gens d’un seul coup d’œil et à prendre des risques -comme proposer à Durzo Blint de devenir son apprenti. Mais pour être accepté, il doit commencer par abandonner son ancienne vie, changer d’identité, aborder un monde d’intrigues politiques, d’effroyables dangers et de magies étranges, et sacrifier ce qui lui est le plus précieux…

L’Assassin Royal passé au négatif

Négatif, étant un référence photographique, ne croyez pas qu’il s’agit ici de mesurer la qualité de L’Ange de la Nuit à l’aune du roman de Robin Hobb. En effet, si je les mets dans une perspective commune, c’est uniquement pour monter en quoi les deux textes se démarquent malgré les ressemblances qui pourront sauter aux yeux des amateurs de L’Assassin Royal.

La lecture de ce premier tome de La voie des Ombres rappellera sans doute la saga citée plus aux lecteurs amateurs de fantasy. Les similitudes sont nombreuses. Elles commencent pas un cadre médiéval fantastique, et son lot de manigances, exactions, pauvreté, quartiers sombres, meurtres et abandons… Et bien entendu, un complot politique à la dimension d’un royaume. Mais, chut, hors de question de vous en dévoiler une once!

Azoth est orphelin, délaissée comme le jeune Fitz le fut par son père aux portes d’un château une nuit d’hiver. Les premiers temps de leurs jeune vie sont délicates pour les deux protagonistes… avant d’être pris sous l’aile  – pas si protectrice  – d’un mentor, maître-assassin. En effet, Azoth croise un jour le chemin de Durzo Blint, et a la sagesse – ou pas – de se mettre à son « service ».

Assassin Royal es-tu là?…

Cependant, ne croyez pas qu’il s’agisse de plagiat; excepté cette rapide description, les deux romans se démarquent réellement l’un de l’autre.

A commencer par l’ambiance qui emprunte une veine résolument Dark Fantasy pour L’Ange de la Nuit, sans pour autant considérer la saga de Robin Hobb comme angélique. Dans ce premier volet de La Voie des Ombres, le lecteur sera confronté à des scènes assez violentes ainsi que des moments sans concession pour la sensibilité.  Le ton est nettement plus cynique, avec des passages aux accents vulgaires (à bon escient), des dialogues qui ne s’encombrent pas de bienséance, des prouts, des rots, et du bourre-pifs à gogo… En cela, ces morceaux de bravoure n’étaient pas sans me rappeler Joe Abercrombie.

De plus, la relation entre Azoth et Durzo Blint s’avère d’une ambiguïté savoureuse, tant le mystère est maintenu tout le long du récit avec le mentor. Compte-t-il réellement le former ? Le défendra-t-il si une des missions confiée par le maître tourne au vinaigre ? Au final, n’est-il pas qu’un « manœuvre » bien commode jetable dès le moindre inconvénient ou obstacle en travers de leur route ?

Azoth ne saurait répondre à ces interrogations… pas plus que le lecteur.

La magie, des bases prometteuses

Il ne faut pas s’attendre à pléthore d’effets pyrotechniques dans L’Ange de La nuit. En bon duo d’assassins que forment Durzo et Azoth, ils font dans la discrétion.

Le système magique fonctionne sur un postulat assez original, qui démontre le potentiel de Brent Weeks. Azoth est pourvu du Don, une aptitude qui sera bienvenue pour son rôle dédié aux ombres…. C’est essentiellement vers le développement de cette capacité bien commode que Durzo va orienter la formation de son élève, dans un premier temps, avant de passer au stade supérieur, mais l’apprenti doit pour cela passer de vie à trépas. Pour le rendre presque invisible.

Il ne s’agit pas de cape d’invisibilité à la Harry Potter, mais plus d’une manipulation à la fois de l’esprit et de la lumière. J’y vois les premiers prémisses du Prisme Noir de ce même Brent Weeks (même si je ne l’ai pas encore lu).

Un style percutant et fluide

Le rythme est un des points forts de ce premier roman. L’enchainement des péripéties et des événements se fait de manière frénétique. Un point fort, mais également, comme la pièce de monnaie, il y a l’autre côté de la face : le développement des personnages est perfectible, surtout dans la première partie du récit. Certes Durzo doit rester un personnage énigmatique, mais j’aurais souhaiter un petit peu plus de temps de respiration pour s’appesantir légèrement sur Azoth et son entourage… Ceci n’est qu’une légère réserve, sachant que ce premier roman s’avère une belle réussite, et surtout que par la suite, l’auteur rectifie le tir.

Le style est direct, agréable et assez visuel. Les scènes d’action et d’assassinat sont dynamique, projetant le lecteur sur le devant de la scène au milieu des cris, des silences et du sang.  Ces facettes associées à une aura de fatalité planant au dessus de notre duo, donnent également une petite saveur tendant vers David Gemmell.

Premier roman de l’auteur, et tome d’introduction d’une trilogie pleine de peps, d’ombres, de cadavres, et de crimes, L’Ange de la Nuit offre un excellent divertissement à l’amateur de fantasy, et notamment de Dark Fantasy. Il y a certes quelques maladresses, quelques petits tempos qui ne fonctionnent pas parfaitement, ainsi qu’un équilibre perfectible, mais l’ensemble s’avère très prometteur. A suivre!

 

Ce livre est pour vous si :
  • vous souhaitez découvrir les débuts d’un auteur qui marque
  • vous voulez lire un roman vivifiant
  • Vous souhaitez perfectionner votre arsenal d’assassin
je vous le déconseille si :
  • Encore du med-fan!!!
  • Vous avez peur de tomber sur un os… surtout dans l’ombre..
  • Combien de pages, Docteur ?

 

Autres critiques :

L’Ours InculteBlog-O-Livre

Un petit coup de pouce pour votre lutin adoré :

Envie de soutenir le blog ? Vous pouvez le faire en passant par le lien en dessous (pas de frais supplémentaire!).

L’ange de la nuit en poche

En version Stars (16,90€)

Ceci m’aide à financer l’hébergement du site sans publicité et à organiser des concours avec des romans à offrir.

 

 

 

 

17 réflexions sur “L’Ange de la nuit – Brent Weeks

  1. Ah, je suis contente de voir que tu as apprécié ce premier tome, tout comme moi ! Je vois les similitudes que tu évoques avec L’Assassin royal, mais le ton est très différent, en effet.

    J’ai quand même une préférence pour Le Porteur de Lumière dont le système de magie est encore plus développé ;).

    Aimé par 1 personne

  2. J’avoue qu’avoir lu ce tome ci après le porteur de lumière a été une erreur :p
    Les « erreurs de jeunesse » au niveau du rythme notamment m’ont sauté des yeux et ont faillit me le faire abandonner.
    Mais je suis contente de ne pas l’avoir fait parce que la conclusion à la fois de ce tome et de la série sont très satisfaisantes !

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis justement en train de lire le troisième tome de L’assasin royal et je dois bien avouer qu’une version plus dark fantasy pourrait me tenter… Et il y a déjà quelques tomes en format poche… Bon, je note et je vais me dépêcher de finir au moins deux sagas avant de m’y plonger. Merci pour la découverte car je ne connaissais pas du tout 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Plus dark que L’assassin royal, alors ça c’est de l’argument pour moi, et pourtant l’univers de Robin Hobb me plait énormément.
    Tout ça, c’est la faute à La Dame, Toubib, et toute sa clique… Depuis mes adieux à l’inégalable Compagnie Noire, je me languis toujours de bonne Dark Fantasy folle furieuse qui ne fait pas dans la dentelle 😀
    Merci Lutin !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s