Meridian – Karin Lowachee

Nouvelle en VO

Meridian est une nouvelle disponible gratuitement sur Clarkeswork Magazine, Karin Lowachee ne vous est peut-être pas inconnue même si le nombre de ses publications en France reste assez restreint. Découverte avec Le Bélial, et sa trilogie Warchild, Burndive et Cagebird. Deux de ces romans furent finalistes du prix Philip K. Dick. En sus, Cagebird remporta en 2006 le Prix Aurora (Canada).

Lors de sa parution chez nous, la trilogie avait été mise en avant par Olivier Girard et j’avais découvert une plume délicate, ainsi qu’une histoire alliant émotion, richesse et âpreté. L’utilisation des enfants à des fins martiales tout autant qu’en maraudage était un leit motiv récurrent de l’œuvre, n’épargnant pas ou prou la sensibilité sous une fausse pudeur. Je regrette de ne pas tenir le blog à cette époque, car les textes mériteraient d’être lus de nos jours encore.

Ma curiosité fut donc piquée au vif à la découverte de Meridian… Allais-je revivre les sensations connues par ailleurs ?

Pour commencer, je ne vais pas vous révéler la signification du titre de la nouvelle, Meridian, car elle fait partie du processus mis en place par Karin Lowachee. Un processus qui se situe entre l’acceptation et la douleur.

Le jeune Paris n’a pas 5 ans lorsque son petit monde s’effondre. Seul rescapé de la destruction, il est recueilli et « adopté » par le capitaine Kahta Rahamon et son mari à bord du vaisseau Chateaumargot. Malheureusement, Paris ne parvient pas à se défaire de ses attaches passées. Sa défunte famille reste présente à ses côtés et le profond traumatisme subit en fait un enfant difficile.

Quelques mois plus tard, les parents adoptifs lui trouve une autre famille d’accueil auprès de Mme Leung, baronne de la drogue dans le système stellaire. A bord du Dragon, il aura de nombreux frangins, et de multiples courses…

L’univers n’est pas sans rappeler celui de la trilogie précédente, l’innocence tout comme la jeunesse sont des concepts faciles à oublier, voire à devoyer. La nouvelle est moins sombre ou âpre que les romans précédents, pourtant le lecteur s’immerge dans les tourments émotionnels de Paris, et les fait siens.

La thématique de l’enfance et des conflits est une fois encore au cœur du texte, abordé sans mélodrame, et sans les artifices larmoyants visant à prendre en pitié ou à culpabiliser le lectorat. Paris, n’est certes pas maître de sa destinée, mais il possède  son propre libre arbitre, il lui appartiendra d’appliquer ses prérogatives- ou pas….

La plume est toujours aussi précise et véhicule la pensée avec justesse. Karin Lowachee rend un petit hommage à la France en passant.

La nouvelle ne révolutionne pas le genre et n’a pas la prétention ni l’ambition de proposer des idées novatrice. Elle cherhce juste à montrer que rien n’est gagner, et que la faiblesse sera toujours utilisée. Un texte dont il ne faut pas se priver.

Niveau anglais très accessible.

Ce récit est pour vous si :
  • vous recherchez des textes courts
  • vous souhaitez lire un texte sur l’enfance qui ne soit pas pleurnichard.
je vous le déconseille si :
  • Quoi, il n’y a pas de batailles spatiales ?!!!
  • vous n’aimez pas ce genre de thématiques

 

C’est lundi! le lundi c’est chez le MAKI !

12 réflexions sur “Meridian – Karin Lowachee

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s