Le Sens de l’Escamoteur – Denis Detwiller

La poésie profonde du pauvre et du mort

Comme en l’ultime du plus secret sang

Qui échappe du cœur et qui s’offre au regard.

Wallace Stevens, Pour un vieux philosophe

Ce sont par ses vers que débute ce très beau volume des feux éditions Sans Détour. Le Sens de l’Escamoteur a été écrit par Denis Detwiller en 2013.

New York 1925, vous êtes un de ses habitants anonymes de la grande cité qui n’est pas encore devenue Big Apple. Pris dans la frénésie de votre job, des tensions familiales ou subissant les affres du stress post-traumatique suite à la Grande Guerre, vous êtes devenu un opiomane, un de ses consommateurs réguliers qui ne peut guère se passer de cette habitude. Régulièrement, vous vous rendez à China Town pour céder à ce vice, cette tentation. Le maître des lieux, M. Lao est un homme patient, poli, mielleux même… Et, de manière surprenante, il vous fait crédit, sans doute pour faire de vous un client fidèle avec un fournisseur exclusif.

Un jour, ce dernier vous convoque, et la méthode employée efface toute possibilité de décliner l’invitation. Une fois, sur place, l’homme toujours aussi avenant, offre un repas copieux, un petit spectacle et même un tour de table de narguilé. Tout semble sous contrôle, agréable malgré l’invitation musclée, jusqu’à ce que M. Lao vous demande de le rembourser…

Et là, après qu’une tête se soit détachée de son propriétaire, les affaires dérapent.

Le Sens de l’Escamoteur est une campagne de l’Appel de Cthulhu que je mène depuis le mois d’octobre 2020, à un rythme hebdomadaire, avec une pause de deux semaines pendant les fêtes de Noël. Elle devrait s’achever fin février ou mi-mars, et devrait comporter ainsi un peu moins de 20 séances (de 3h). Elle est évaluée à une petite cinquantaine d’heures. Notre groupe est composé de votre lutin, en tant que Gardien des Arcanes et de 5 joueurs. J’ai le bonheur de n’avoir connu aucun absentéisme, c’est dire que la campagne est prenante. Les retours de mes joueurs sont très enthousiastes, et en tant que Gardien, je me régale à préparer et animer chaque séance.

La particularité de ce Sens de l’Escamoteur est de se dérouler presque intégralement dans les Contrées du Rêve, un monde fantastique et horrifique imaginé par Lovecraft. Denis Detwiller est connu pour la qualité de ses scénarios et de ses campagnes. Et je ne peux que confirmer cette réputation.

Joueuses, joueurs, si vous chercher une campagne prenante, haletante, riche et avec une liberté d’action importante, ne vous privez pas et cherchez un table qui l’anime!

En effet, l’écriture n’enferme pas les participants dans des clous serrés; sans être bac à sable, car l’auteur fournit des balises judicieuses et aisées à utiliser pour le Gardien, les joueurs peuvent emprunter les directions qu’ils veulent sachant que leur biut est de rejoindre la Monde de l’Eveil. A part cela, c’est comme ils et vous le souhaitez!

Notes pour les Gardiens (spoilers)

Nous ne pouvons pas dire que cette campagne est réellement « clef en main ». En effet, même si de nombreuses pistes, descriptions, historiques locaux pour chaque lieu visitable; les joueurs et forcément le gardien peuvent choisir relativement librement le parcours qu’ils va être suivi. Denis Detwiller fournit également un scénario global, ainsi que des cadres scénaristiques pour chaque ville. Le Gardien élabore sa propre histoire sur ces bases en s’inspirant de manière plus ou moins fidèle à ce qu’il lui est fournit. La possibilité d’adaptation est vaste, corrélativement, le travail à fournir s’en ressent alors.

Toujours est-il qu’un minimum s’avère nécessaire pour se sentir à l’aise lors des parties et d’avoir une histoire cohérente – qui l’est à la base. La lecture initiale est un régal, même si les deux premiers « scénarios » n’en sont pas réellement, et présentent les règles particulières de cette campagne. Il faudra sans doute s’y plonger deux à trois fois pour dégager une entrée en matière qui vous satisfera. C’est le seul écueil pour le Gardien, un écueil qui s’efface rapidement devant la qualité et le plaisir procuré à préparer et jouer Le Sens de l’Escamoteur.

Autres critiques :

Nébal

6 réflexions sur “Le Sens de l’Escamoteur – Denis Detwiller

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s