Celui qui Hantait les Ténèbres – Gou Tanabe/ Lovecraft

Ki-Oon

Cet ouvrage de Gou Tanabe, inspiré de Lovecraft, contient deux récits; l’un plus court que l’autre, tous deux tout autant évocateurs de créatures aux marges de la raison. Nous pourrons remarquer « l’étrange » association puisque Dagon est un des premiers textes de Lovecraft (le deuxième) alors que Celui qui Hantait les Ténèbres fait partie des derniers (l’avant dernier).

Dagon

Pendant la Première Guerre mondiale, un officier évadé se retrouve perdu en pleine mer. Épuisé, il s’évanouit dans sa barque et, à son réveil, s’aperçoit qu’il s’est échoué sur une île inquiétante, recouverte à perte de vue de carcasses de bêtes marines…

Dagon joue une partition à plusieurs étages, qui en s’associant se renforcent au fur et à mesure que le récit progresse. Initialement, ce marin prend d’énormes risques lors de sa tentative d’évasion, risques décuplés par l’immensité de l’océan, et un horizon épuré à perte de vue.

Le trait fort, noir et nerveux de Gou Tanabe rend avec « bonheur » ces premières impressions de solitude et du danger encouru. Puis, épuisé, en s’éveillant au milieu de cette fange, sur cette île inconnue et inquiétante, nous ne pouvons que partager l’épouvante et le désespoir de ce personnage.

Sa peur et sa détresse sont nôtres.

Adaptation très réussie.

Celui qui Hantait les Ténèbres

À Providence, le jeune écrivain et peintre Robert Blake, féru d’occultisme, observe de sa fenêtre le clocher d’une église abandonnée, sur lequel aucun oiseau ne vient jamais se poser. Alors qu’il finit par s’aventurer dans ce lieu de culte perverti, il y découvre le Necronomicon, un ouvrage maudit de magie noire, et invoque sans le vouloir des forces maléfiques qui dépassent l’entendement…

Celui qui hante les ténèbres fut écrite par Lovecraft en 1935 en réponse au texte de Robert Bloch, La Chose venue des Étoiles, lors d’un jeu littéraire spontané entre eux deux. Cette collaboration fut poursuivie malgré le décès du premier avec un dernier titre évocateur, L’Ombre du Clocher. La saveur de Celui qui Hantait les Ténèbres se trouve décuplée avec la lecture des 2 textes de cette trilogie, se répondant, formant un écho indicible et savoureux.

C’est ainsi que le protagoniste principal de cette aventure se nomme Robert Blake puisque Lovecraft met en scène son jeune confrère (comme celui-ci avait fait lors de la nouvelle introductive à cette trilogie) et le tue. Même les ouvertures se font écho; Robert Blake nous présente l’alter-égo de Lovecraft : « Je suis ce que je prétends être, un écrivain de littérature fantastique. Depuis ma plus tendre enfance, l’inconnu et l’occulte exerce sur moi une véritable fascination. » Tandis que l’auteur de Providence et Gou Tanabe, dans le manga, présentent leur personnage « Après tout, c’était un écrivain qui se consacrait au domaine de l’étrange…« 

En effet, on découvre l’histoire unique de ce Robert Blake, un artiste retrouvé mort enfermé chez lui sans raisons évidentes. Son journal s’affirme comme le seul témoin de ces derniers jours et des ultimes recherches qu’il mena avant de rencontrer son trépas.

La narration de la nouvelle s’apparente à Dagon : un homme isolé, dans un milieu qui ne lui est pas familier, découvre une créature étrange provocant un effroi tel qu’il en perd la raison.

Gou Tanabe a davantage de matière ici, et nous offre une histoire plus subtile, plus fine, et même plus élégante. Son Robert Blake possède du charisme et présente un caractère attachant malgré une tendance à la solitude. Néanmoins, je ne peux me défaire d’une impression de déjà vu car les traits de ses protagonistes sont proches et peuvent même mener à la confusion. Il vous suffira de comparer avec quelques chercheurs dans Les Montagnes Hallucinées pour en faire le constat.

L’atmosphère à l’angoisse galopante imprègne les pages de sa noirceur, vous donnera quelques sueurs froides, et vous poussera à chercher une ombre dans les ténèbres. La terreur de Robert Blake monte en puissance lentement, et suinte immanquablement, la fascination exercée par ce mystère, doublée par son insatiable curiosité nous fait craindre le pire, et il nous est impossible de détourner le regard, pris dans les filets de cet objet hypnotisant…

Une adaptation maîtrisée de bout en bout.

Un petit coup de pouce pour votre lutin adoré :

Envie de soutenir le blog ? Vous pouvez le faire en passant par le lien en dessous (pas de frais supplémentaire!). Ceci m’aide à financer l’hébergement du site sans publicité et à organiser des concours avec des romans à offrir.

Celui qui hantait les Ténèbres (15€)

4 réflexions sur “Celui qui Hantait les Ténèbres – Gou Tanabe/ Lovecraft

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s