Le Cauchemar d’Innsmouth – Gou Tanabe

En 1927, le jeune Robert Olmstead débarque à Newburyport. En quête de ses origines, il n’a d’autre option, pour atteindre sa destination, que de prendre un bus qui passe par Innsmouth, ville voisine sur laquelle courent d’effroyables rumeurs : pacte avec les démons, habitants difformes, culte ésotérique d’un étrange dieu marin…
La peur qu’elle inspire est telle que personne n’ose s’y rendre, et nul ne sait ce qui se cache derrière les façades de ses maisons délabrées… Pourtant, les mises en garde des résidents de Newburyport, loin de décourager Robert, le poussent au contraire à s’intéresser à ce lieu pestiféré : il décide d’explorer les méandres de la cité maudite ! C’est le début d’une descente aux enfers qui le mènera aux portes de la folie…

L’intrigue

Nous suivons les événements à travers le récit de Robert Olmstead. Ce jeune homme de 18 ans voyage à travers la Nouvelle Angleterre à la recherche de ses origines, ainsi que de tous récits régionaux qu’il pourra déterrer dont il est friand.

Une fois parvenu à Newsburyport, il souhaite rejoindre Arkham mais le prix prohibitif de train eu égard à sa bourse ne lui laisse d’autre choix qu’un vieux bus transitant par une ville à la réputation « insalubre » : Innsmouth. La réputation de la bourgade ne le dissuade pas, au contraire, l’optique de la visiter l’enthousiasme. Ce sont dans ces pas que nous la découvrons, nous avec appréhension, lui, avec délectation…

Le manga

Innsmouth s’avère une belle étude pour mettre en valeur les qualités graphiques de Gou Tanabe, très à l’aise encore une fois pour traduire une ambiance oppressante avec son trait caractéristique. Nous y savourons des détails comme la couronne à la société des historien qui démontre toute sa finesse, et sa capacité à transcrire fidèlement l’oeuvre de Lovecraft.

Alors que nous progressons avec Robert dans les quartiers désenchantés d’Innsmouth, nous plongeons peu à peu dans l’appréhension, et une angoisse plus prononcée. Le mangaka traduit plus aisément ces sensations dans les planches consacrées à la ville. En effet, je ne suis toujours pas convaincue dès qu’il traite graphiquement les personnages qui se ressemblent étrangement d’un manga à l’autre. Certes, les acteurs de ces drames sont presque interchangeables dans les nouvelles. Toutefois, une personnalisation plus aboutie rendrait l’immersion plus vivante et l’indicible plus frappant.

Le récit du vieux pêcheur narrant l’histoire des Marsh, toute ce folklore maritime accompagne et résonne en écho de nos pas dans cette ville, participant, distillant encore et encore un malaise plus prégnant.

Nous sommes conscients que les textes de Lovecraft sont une représentation de ses angoisses, phobies, détestation, de ses sentiments pesant sur l’âme. Gou Tanabe réussit à les imager.

Ce premier tome du Cauchemar d’Innsmouth est une adaptation des plus réussie. Bravo! Et vivement la suite.

Ce livre est pour vous si :
  • Vous est fan de mangas, il est incontournable
  • Vous adorez Lovecraft, le maître de l’indicible
  • Vous aimez les ambiances envoûtantes, même les plus sournoises….
je vous le déconseille si :
  • Les BD, c’est en couleur et cela se lit comme un livre
  • L’odeur du poisson vous remue l’estomac
  • Votre coeur est bien trop fragile, un « bouh » et vous flanchez!

Autre critique :

TachanOrion

Un petit coup de pouce pour votre lutin adoré :

Envie de soutenir le blog ? Vous pouvez le faire en passant par le lien en dessous (pas de frais supplémentaire!). Ceci m’aide à financer l’hébergement du site sans publicité et à organiser des concours avec des romans à offrir.

Le Cauchemar d’Innsmouth (15€)

14 réflexions sur “Le Cauchemar d’Innsmouth – Gou Tanabe

  1. J’aime beaucoup cette série mais je déplore le découpage en plusieurs volumes, onéreux pour le lecteur, surtout lorsque l’on voit l’épaisseur des tomes des Montagnes Hallucinés ou de celui de Dans l’Abîme du Temps.
    Sinon, moins de visages maladroits que dans certains des tomes précédents, et toujours aussi difficile d’apprécier les illustrations en double page, rongées par la reliure. Dommage.
    Sorti à peu près en même temps que La Conspiration d’Innsmouth pour le JCE, c’est top 🙂

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s