La ballade de Black Tom – Victor Lavalle

En forme de coup de pied au cul….

Le Bélial – Heure-Lumière

« I’ll take Cthulhu over you devils any day » – Black Tom

 

blacktomLa Ballade de Black Tom, court roman de Victor Lavalle fait partie de la courte liste des finalistes du prix Hugo et Nebula de 2016. Il est en outre lauréat du Shirley Jackson, du British Fantasy et du Horror Award. Une très belle carte de visite qui éveille l’intérêt tout en engendrant des attentes assez importantes.

Ce texte vient de paraître aux éditions du Bélial, dans la collection Heure-Lumière.

L’auteur avait un objectif précis en se basant sur la nouvelle Horror at Red Hook de Lovecraft (pamphlet raciste), qui visait à véhiculer un message éminemment anti-raciste tout en conservant les éléments et les personnages d’origine. Et l’essai est transformé en coup de maître.

Dans son contexte, La ballade de Black Tom est savoureux, avec ce personnage principal noir. Au-delà de sa couleur et du pied de nez assumé à l’œuvre de Lovecraft (notamment à The Red Hook), c’est la consistance de ce protagoniste, et l’agencement du récit qui permettent la réussite de ce pari.  La lecture à plusieurs niveaux enrichit les sensations et l’intérêt du texte. Une réussite majeure.

En bref, il ne faut certainement pas passer à côté de ce nouvel et brillant opus des éditions du Bélial, que pour ma part je compte relire en VF.

Voici ma chronique relative à la version originale, je vous propose également de consultez les superbes critiques des blogopotes :

ApophisOrionL’ours InculteLecture 42Blog-O-Livre Au pays des cave-trollsBoudicca

 

Les Perséides de Robert Charles Wilson

Toronto sous les feux de la rampe

Le Bélial

Recueil de nouvelles

« Divisé par l’infini a figuré cette année-là parmi les finalistes du prix Hugo, non, j’imagine, parce que c’est une nouvelle particulièrement originale ou réussie, mais parce que j’essayais si fort de pincer la corde fondamentale de la science-fiction qu’elle a fini par vibrer un instant. » – RC Wilson

« C’est l’histoire de deux géographies intriquées : celle des ruelles nocturnes de Toronto et celle de l’étrange librairie Finders, deux géographies qui ne sont pas ce qu’elles semblent être car non, décidément, la carte n’est pas le territoire… C’est l’histoire des abîmes vertigineux de l’espace et du temps et de ce qu’ils abritent, de l’étrange et de l’occulte, là, au coin de la rue, au détour d’un rayonnage de bibliothèque ou sur une case d’échiquier… C’est l’histoire de ce qui ne peut être vu et que l’on voit quand même, de ce qui ne peut être dit et qu’il nous faut dire, malgré tout… C’est l’histoire des Perseides, neuf récits se répondant les uns les autres pour tisser l’ébauche d’un paysage indicible, un livre à l’ombre des grands maîtres tutélaires de l’œuvre wilsonienne : Jorge Luis Borges, Howard Phillips Lovecraft et Clifford D. Simak en tête. Peut-être le livre le plus personnel de Robert Charles Wilson. »

Lire la suite

Zoulag II, La filière sibérienne de Stéphane Desienne

Un vent de fraîcheur souffle sur les zombies

Walrus

Précédemment, Zoulag s’était révélée être une agréable lecture avec un récit alliant peps et surprise. Nous repartons avec ce second texte de Stéphane Desienne sur les mêmes bases. Il s’agit toujours d’une histoire de zombies dans une veine pulp entièrement assumée.

Les morts-vivants sont rarement au programme du blog; or cette année, j’ai envie d’explorer d’autres nuances de l’imaginaire sans aller piocher dans la littérature bit-lit qui ne me séduit plus outre mesure (sans doute en ai-je trop lu). L’avantage de cette novella réside dans le choix initial de l’auteur : certes la pandémie zombie fit des ravages mais fut neutralisée tant bien que mal. Les victimes se chiffrent en milliard et les zombies encore animés sont parqués dans des zoulags situés en zone « fraîche ». La Finlande a été le lieu de la première aventure, cette fois la vaste Sibérie sert les desseins de Stéphane Desienne dans La filière sibérienne.

Prend-on les mêmes pour un nouveau tour ? Et bien, non, justement; changements de décor, de personnages et de structure sont au programme.

Lire la suite

Zoulag de Stéphane Desienne

Le syndrome finlandais

Opération zombie!

Walrus

J’ai récemment chroniqué Les Sempiternels d’Aude Réco de la maison d’édition Walrus. Cette dernière s’est vraisemblablement spécialisée – du moins en partie – dans les récits courts et punchies. J’ai été agréablement surprise par leur dernière parution pleine fun et de peps, aussi ai-je replongé pour deux tours avec Zoulag et Zoulag II de Stéphane Desienne.

Jusqu’à présent les histoires de zombies ne m’enchantaient guère, ayant lu trois ou quatre romans à la teneur identique. Il faut prendre en compte qu’il étais difficile de rivaliser avec Je suis une légende de Matheson ou encore L’éducation de Stony Mayhall de Gregory. Zoulag, la filière finlandaise n’a aucunement cette prétention et c’est en soi une bonne option. De plus, cette novella parvient à se démarquer de mes lectures antérieures : il ne s’agit pas de lutter contre une invasion zombie ou d’y survivre. En effet, les vivants ont gagné!!

Lire la suite

Un Décembre encore noir pour conclure 2017

Un mois en demi-teinte

Les années se suivent et se ressemblent étrangement…

Nous avions conclu l’année 2016 avec la disparition de Carrie Fisher (et de sa mère le lendemain), l’emblématique Princesse Léïa de Star Wars. Nous avons entamé décembre 2017 sous des auspices tout aussi lugubres, et ce même à titre personnel…

À cela, s’ajouta le plantage majeur de mon ordinateur, et quelques autres misères agaçantes. Heureusement, les fêtes sont venues illuminer ces derniers jours, et ma moitié (merci mon JP !) a réussi à réparer mon précieux portable avec un changement de disque dur. Mes abeilles ont l’air de s’accommoder du temps et de la fraîcheur, et je croise les doigts avec espoir.

Passons au bilan mensuel traditionnel qui sera agrémenté d’un petit ajout concernant un aperçu annuel.

Lire la suite

La ballade de Black Tom de Victor LaValle

En forme de coup de pied au cul….

« I’ll take Cthulhu over you devils any day. » – Black Tom

 

La Ballade de Black Tom, court roman de Victor Lavalle est sans doute inconnu dans notre Hexagone. Pourtant il a fait partie de la courte liste des finalistes du prix Hugo et Nebula de 2016. Il est en outre lauréat du Shirley Jackson, du British Fanatsy et du Horror Award. Une très belle carte de visite qui éveille l’intérêt tout en  engendrant des attentes assez importantes.

Il y a beaucoup à dire tant sur le roman lui-même et sa construction, que sur le fond et le contexte.

Lire la suite

Derrière le désert de Svetlana Kirilina

Sun, sand and salt

Après avoir enchaîner quelques bons petits pavés, j’avais envie d’histoires courtes, de trouver une sensation de rythme et de gourmandise. C’est pourquoi le blog vous propose à la suite quatre novellas, enfin L’homme des Jeux de Banks s’intercalera dans ce lot.

Aujourd’hui, il s’agit de découvrir la dystopie fantastique Derrière le désert de Svetlana Kirilina.

Cette terre est à l’agonie, le sable et la sécheresse recouvre le monde connu, le désert se posant en frontière infranchissable… Quelques courageux tentent l’aventure afin de découvrir si une vie luxuriante se cache aux yeux des hommes. Aucun ne revient.

Lire la suite

La Bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins

Attention aux erreurs de classement

Denoël – Lunes d’encre

La Bibliothèque de Mount Char de Scott Hawkins est un livre particulier. C’est un fait. La présentation éditeur est à la fois parlante et réserve une part de mystère ce qui sied parfaitement à cette fantasy urbaine, aux saveurs de fantastique.

« Carolyn était une jeune Américaine comme les autres. Mais ça, c’était avant. Avant la mort de ses parents. Avant qu’un mystérieux personnage, Père, ne la prenne sous son aile avec d’autres orphelins.
Depuis, Carolyn n’a pas eu tant d’occasions de sortir. Elle et sa fratrie d’adoption ont été élevés suivant les coutumes anciennes de Père. Ils ont étudié les livres de sa Bibliothèque et appris quelques-uns des secrets de sa puissance. Parfois, ils se sont demandé si leur tuteur intransigeant ne pourrait pas être Dieu lui-même.
Mais Père a disparu – peut-être même est-il mort – et il n’y a maintenant plus personne pour protéger la Bibliothèque des féroces combattants qui cherchent à s’en emparer. »

Lire la suite

Les 24 vues du Mont Fuji par Hokusai – Roger Zelazny

Périple onirique au pays du Soleil Levant

Le Bélial

« Son époux est mort. Ou disons qu’en tout cas, il n’est plus en vie… Pour Mari, le temps du deuil est venu. Un double deuil… Armée d’un livre, Les Vues du mont Fuji, par Hokusai, elle se met dans les traces du célèbre peintre japonais afin de retrouver vingt-quatre des emplacements depuis lesquels l’artiste a représenté le volcan emblématique — autant de tableaux reproduits dans l’ouvrage. Un pèlerinage immersif, contemplatif, au cœur des ressorts symboliques de cette culture si particulière, un retour sur soi et son passé. Car il lui faut comprendre… et se préparer. Comprendre comment tout cela est arrivé. Se préparer à l’ultime confrontation. Car si son époux n’est plus en vie, il n’en est pourtant pas moins présent… Là. Quelque part. Dans un ailleurs digital. Omnipotent. Infrangible. Divin, pour ainsi dire…« 

Le résumé éditeur est assez éloquent quant au contenu de ce roman, finaliste du Nebula et lauréat du prix Hugo 1986 de la novella. Malgré la réputation de l’auteur et le  palmarès de ce titre, il n’avait jamais été traduit ni publié en France. Cet oubli momentané  pourrait s’expliquer par un accès assez particulier…

Lire la suite