La saga Vorkosigan

Un soleil brille dans le microcosme de la SF.

3 prix Hugo, 2 prix Locus, 1 prix Nébula

Je vous avez promis cet article depuis un petit moment, concocté spécialement pour convaincre quelques amateurs de SF qui ne s’y sont pas encore immergés. Si,si, ils existent!
Il s’agit surtout de décrire la richesse de l’univers et de ces thématiques, ainsi que d’indiquer l’ordre de lecture interne au cycle. Cependant, Lois McMaster Bujold nous offre des romans qui se suffisent à eux mêmes, comportant un début, un milieu et une fin. Ainsi, le lecteur ne se sent-il pas obligé de lire tous les récits de la saga, et peut sauter quelques tomes ou ne profiter que de ceux qui l’inspire vraiment.

Découvrons, si ce n’est déjà fait, la saga Vorkosigan.

Lire la suite

Miles Vorkosigan de Lois McMaster Bujold

Et un prix Hugo pour un nain précurseur.

Prix Hugo 1991

Les lauréats des prix de science-fiction et fantasy peuvent surprendre agréablement ou bien décevoir profondément. J’ai eu le loisir de goûter aux deux saveurs, avec des états intermédiaires. Miles Vorkosigan peut allégrement prétendre aux deux visages. En effet, il serait si facile de se laisser distraire par l’humour et la plume toute en peps de McMaster Bujold

« Être officier à bord « Prince Serg » , le vaisseau spatial le plus moderne de l’empire de Barrayar, tel est le rêve de miles Vorkosigan. Mais avant de voir son souhait exauce, il doit remplir honorablement sa première mission, à la station météo de l’île Kyril.
Le plus dur, ce n’est pas tant le froid polaire qui règne sur l’île. Non, le problème, ce sont les moqueries des autres officiers. Il faut dire qu’avec sa taille – a peine un mètre trente -, le nabot surdoué ne passe pas… Inaperçu ! Mais le pire, c’est le général Metzov, le chef de la base. Un forcené de l’autorité. A cause de lui, miles se retrouve accuse de mutinerie et renvoyé dans la capitale… »

Quatrième tome de la saga lu en autant de chroniques, l’article sera donc moins détaillé sur l’univers de ce cycle de space opera.

Lire la suite

Ninefox Gambit de Yoon Ha Lee

Les maths en Guest Star….N’ayez pas peur!

The Machineries of Empire

Ninefox Gambit est véritablement un pari, et plutôt rusé de la part de Yoon Ha Lee. IL s’agit « officiellement » d’un sapce opera militaire…. lauréat du prix Locus. En réalité, il est bien plus que cela, et il ne faudrait pas le bouder en raison de cette étiquette si mal perçue dans notre Hexagone.

Les hexarches (pour les 6 factions) sont confrontés à une crise d’envergure et utilisent leur arme ultime pour la contrer : le général déchu Jedao. Le worlbuilding étrange et captivant se révèle une petite pépite en soi, un univers dans lequel la sensation « alien » bat son plein…

Lire la suite

L’homme des jeux de Ian M. Banks

Attention à la dépendance!

Ça y est! Je me suis lancée dans le fameux cycle de La Culture de Ian M. Banks! Sa réputation m’intimidait franchement tant il place les standards des civilisations galactiques à des hauteurs vertigineuses.

Apophis m’a conseillée de commencer ma lecture avec L’Homme des jeux, une porte d’entrée toute indiquée. Que dire ?

Ce premier contact a été magique même si l’histoire en soi n’est pas exceptionnelle.

Lire la suite

Rédemption de Jamie Sawyer

La guerre, sans Lazare

Lazare en guerre, tome 2.5

L’Atalante

Cette novella tombe à point nommé : elle fait le lien entre la fin des événements de Légion, le tome 2 et la future suite à Lazare en guerre. Dans ce texte, Conrad Harris et sa troupe de simulants sont absents mais leur ombre plane sur la station spatiale Cap Liberté.

Ce court roman de 128 pages est le fix-up idéal pour patienter en attendant le dénouement final.

Lire la suite

A la recherche de Spock de Vonda McIntyre

Star Trek III – fureurs et émotions

 

« Longue vie et prospérité » – Spock

Cela fait une éternité que je ne vous ai pas offert une petite critique d’un roman de la franchise Star Trek. Je suis certaine que cette immersion dans l’univers trekkie vous manque et que vous attendiez avec une impatience non dissimulée une de mes fameuses interventions sur le sujet. 🙂

Je vous sais passionnés au nombre de vues (allez, je mets la chose au pluriel) et de commentaires! 😉 . Mais après tout, ce blog est justement destiné à aborder les sujets SFFF qui me font rêver, réfléchir, pleurer ou encore rire. Star Trek est de ceux-là.

A la recherche de Spock, le troisième volet de la saga portée à l’écran débute peu de temps après La Colère de Khan. La novélisation en roman par Vonda McIntyre suit exactement le même canevas.

L’équipage de l’Enterprise est parvenu à se défaire du redoutable Khan pour la seconde fois. Le bâtiment est sur le point de rendre l’âme alors que son cœur d’anti-matière menace d’imploser sans intervention manuelle directe. Spock se sacrifie lors d’une scène émouvante et mémorable.

Lire la suite

Courageux de Jack Campbell

La Flotte perdue, tome 3

Albédo analyse à la lumière de son prisme, le troisième opus du cycle de la Flotte Perdue, Courageux de Jack Campbell. Cette série est suivie avec plaisir dans ces pages, même si ma revue préférée estime qu’il est impossible d’apprécier ce space opera militaire tout en adorant des titres plus prestigieux tels que La Guerre Eternelle, Hyperion ou L’homme qui mit fin à l’histoire (en passant, j’ai été sur le point de me désabonner…)

Pour les détracteurs de ce sous-genre (dénomination qui ne se veut pas un jugement de valeur), il est vrai que nous restons cantonner à des schémas relativement classiques et prévisibles. Pour les amateurs, ou les lecteurs qui ont envie de s’aventurer dans le cycle de Jack Campbell,  ce récit maîtrisé est… jouissif!

Qu’en est-il de ce troisième tome ?

Lire la suite

La Grande Porte de Frederik Pohl

La galaxie à travers le trou de la serrure

Prix Hugo 1978 & Prix Locus 1978 & Prix Nebula 1977

 

Grand classique de la SF, La Grande Porte a été publié en 1977 et a réussi le Grand Chelem au niveau des récompenses les plus prestigieuses de la littérature de l’imaginaire : Prix Hugo, Locus et Nébula. Rien que cela. Cette triplette aiguise l’appétit et la curiosité, et le pitch parachève son œuvre tentatrice :

« Robinette Broadhead, n’a pas eu de chance dans la vie, depuis que ses parents lui ont choisi un prénom. Jusqu’au jour où il a pu enfin payer le prix de son passage vers la Grande Porte. La Grande Porte : un astéroïde artificiel construit par la civilisation supérieure des Heechees, dans le voisinage de Vénus. Les Heechees ont disparu depuis des siècles, mais ils ont abandonné à la Grande Porte des centaines d’astronefs programmés pour se rendre en divers points de l’univers.
La Grande Porte, c’est le seuil de mondes inconnus : la possibilité de gagner des fortunes pour les hardis pionniers qui n’ont pas peur de s’embarquer à bord d’un vaisseau étranger dont ils ignorent la destination. Robinette a été l’un de ces aventuriers. Il est devenu riche.
Alors pourquoi éprouve-t-il le besoin, semaine après semaine, d’aller se confier à l’ordinateur-psychanalyste Sigfrid Von Shrink, qu’il déteste ?« 

Certes, le roman a pris une ou deux rides, et nos neurones ne seront pas scotchés de stupeur devant les thématiques abordées, familières des lecteurs désormais. Mais, il faut replacer La Grande Porte de Pohl dans le contexte afin d’apprécier ce roman de pure SF.

Lire la suite

Légion de Jamie Sawyer

Lazare en guerre, tome 2

L’Atalante

Dans le tome précédent, L’artefact de Jamie Sawyer, nous faisions la connaissance du Capitaine Conrad Harris, un soldat expérimenté navigant dangereusement sur le fil du rasoir. Depuis, les péripéties et les drames se sont enchaînés, aboutissant à une bataille épique sur Hélios, une planète perdue dans le Maëlstrom.

« Devenu Lazare, Conrad Harris est envoyé par le Commandement allié se mesurer à un nouvel artefact bribe. Accompagnée de Saul, le xénolinguiste, son équipe rejoint le Colosse et sa flotte de seize navires dans le Maelström, une zone de l’espace très tourmentée où Elena a disparu. »

Sans prétendre révolutionner le genre, le premier volume montrait des signes intéressants, de l’action et du rythme sans être dénué de fond.

Légion, nous propose un cocktail tout aussi explosif; reste à savoir si l’intérêt est au rendez-vous.

Lire la suite