L’Usage des armes – Iain M. Banks

Traité militaire de non-prolifération – ou histoire d’une lecture double

La Culture, tome 3

 

« La fin et des moyens – en matière politique – ont toujours entretenu des rapports difficiles. La Culture, société galactique d’un futur lointain, a résolu le dilemme en séparant totalement les deux termes de l’équation ! Dans L’Usage des armes, la main droite ignore ce que fait la main gauche, à l’exception de la Présidente Sma, chargée d’assumer sans faiblesse les basses œuvres, assurées – morale oblige -, par un service spécialisé. Lorsque des impératifs vitaux nécessitent le recours au mensonge, à la trahison ou parfois à la violence la plus extrême, la Culture confie ses intérêts aux mercenaires de « Circonstances spéciales », recrutés à cet effet. « 

L’usage des armes mérite une chronique qui sorte des sentiers battus, et une bien meilleure analyse que celle que je pourrais vous offrir, aussi, ai-je décidé d’opter pour une double lecture.

Lire la suite

Pandore Abusée de Peter Hamilton

NE PAS OUVRIR LA BOITE!… Too late

L’étoile de Pandore, tome 1

Bragelonne

Avec cette tétralogie Pandore, Peter Hamilton a choisi le gigantisme pour poser le cadre d’une aventure tout aussi impressionnante. Il n’y a pas d’intention de révolutionner le genre SF, d’explorer des courants novateurs ou de spéculer sur des idées philosophiques d’avant-garde, uniquement l’ambition de nous faire vire des moments intenses et les frissons d’une aventure spatiale XXXL, sans que le fond ne soit délaissé pour autant.

Et, c’est plutôt très réussi, que ce soit pour Maned Wolf ou pour le lutin que je suis, lors de cette chouette lecture commune.

Pandore Abusée est le premier tome (Pandore Menacée est effectivement le deuxième tome), dont le fil rouge, simple en soi regorge, de coudes et de détours ainsi que de quelques trames secondaires qui font de cet univers un ensemble riche, cohérent et complet.

Tout commence lorsque l’astronome Dudley Bose depuis le fin fond de sa planète observe la disparition d’une étoile à mille années-lumières de là. Cet événement est sensationnel lorsqu’il est naturel, mais cerise sur le gâteau, il ne s’agit pas d’une extinction naturelle et brutale. L’étoile a été entourée artificiellement par une sphère Dyson.

Quelle prouesse ! Le mystère est tel, que les instances du Commonwealth décident d’organiser une expédition…

Lire la suite

Le jeu du Démiurge de Philippe-Aubert Côté

Le sommeil des arbres-machines

Le jeu du Démiurge, tome 1

Alire

Avec un tel titre et une superbe couverture de sf flirtant avec des éléments de fantasy, difficile de prime abord de deviner la tendance principale du roman de P.A. Côté.

Surtout que démiurge brouille les cartes avec délice, plusieurs acceptions tenant au deux genres de l’imaginaire pouvant s’appliquer. En effet, l’auteur s’est fait plaisir avec ce roman ambitieux ne délaissant pas le fond au profit de l’action, ou bien le worldbuilding au profit de la trame.

Pour un premier roman, Le jeu du Démiurge ne s’en laisse pas compter et nous propose une histoire qui mérite le détour.

« 2901 – Les Éridanis, lointains descendants hermaphrodites des humains, ont entrepris de coloniser la Voie lactée en s’établissant de planète en planète. À bord du Lemnoth, ces posthumains de chair et de métal s’apprêtent à accomplir un nouveau saut interstellaire afin de fonder une autre colonie sur Selckin-2. Parmi eux, Nemrick, de la caste des Ludis, qui a intégré la mission afin de suivre l’amour de sa vie, le Techno Rumack, qui rêve de créer un milieu de vie idéal pour leurs descendants…
3045 – Plus d’un siècle après l’arrivée des Éridanis, de nombreuses cités s’éparpillent sur Selckin-2. Elles sont habitées par les Mikaïs, une race à mi-chemin entre homo habilis et homo sapiens créée par Rumack. Ce sont eux qui ont construit les prodigieux édifices de ces villes pourtant prévues pour des Éridanis »

Lire la suite

La saga Vorkosigan

Un soleil brille dans le microcosme de la SF.

3 prix Hugo, 2 prix Locus, 1 prix Nébula

Je vous avez promis cet article depuis un petit moment, concocté spécialement pour convaincre quelques amateurs de SF qui ne s’y sont pas encore immergés. Si,si, ils existent!
Il s’agit surtout de décrire la richesse de l’univers et de ces thématiques, ainsi que d’indiquer l’ordre de lecture interne au cycle. Cependant, Lois McMaster Bujold nous offre des romans qui se suffisent à eux mêmes, comportant un début, un milieu et une fin. Ainsi, le lecteur ne se sent-il pas obligé de lire tous les récits de la saga, et peut sauter quelques tomes ou ne profiter que de ceux qui l’inspire vraiment.

Découvrons, si ce n’est déjà fait, la saga Vorkosigan.

Lire la suite

Ninefox Gambit de Yoon Ha Lee

Les maths en Guest Star….N’ayez pas peur!

The Machineries of Empire

Ninefox Gambit est véritablement un pari, et plutôt rusé de la part de Yoon Ha Lee. IL s’agit « officiellement » d’un sapce opera militaire…. lauréat du prix Locus. En réalité, il est bien plus que cela, et il ne faudrait pas le bouder en raison de cette étiquette si mal perçue dans notre Hexagone.

Les hexarches (pour les 6 factions) sont confrontés à une crise d’envergure et utilisent leur arme ultime pour la contrer : le général déchu Jedao. Le worlbuilding étrange et captivant se révèle une petite pépite en soi, un univers dans lequel la sensation « alien » bat son plein…

Lire la suite

L’homme des jeux de Ian M. Banks

Attention à la dépendance!

Ça y est! Je me suis lancée dans le fameux cycle de La Culture de Ian M. Banks! Sa réputation m’intimidait franchement tant il place les standards des civilisations galactiques à des hauteurs vertigineuses.

Apophis m’a conseillée de commencer ma lecture avec L’Homme des jeux, une porte d’entrée toute indiquée. Que dire ?

Ce premier contact a été magique même si l’histoire en soi n’est pas exceptionnelle.

Lire la suite

Bifrost 88 : Greg Egan

Le vertige de la science

« Mon but initial était d’écrire un conte anti-faustien sur la technologie, notamment à cause de ce cliché répandu qui m’agace : les humains seraient si bourrés de défauts et la technologie serait si corruptrice que cela nous mènerait à la ruine. »  Greg Egan au sujet d’Oracle.

Je n’ai pas de grandes affinités avec les textes de Greg Egan, conclusion tirée des lectures de ses recueils de nouvelles publiées au Bélial, et ayant lu et chroniqué Céres et Vesta. Autant je reconnais l’immense qualité de ces récits du point de vue sciences et techniques autant mon petit cœur s’assèche devant l’aridité émotionnelle de ceux-ci. Cependant cette phrase me touche beaucoup, changeant sensiblement ma vision de l’auteur et de sa prose. Je partage le même agacement que lui concernant la littérature qui se complait dans ce pessimisme bon ton (et consensuel).

Voici donc un dossier, s’il est vrai que beaucoup d’informations sont disponibles sur le net,  a réussi à me faire changer d’opinion au sujet d’un auteur.

Lire la suite

Killing Gravity – Corey J. White

The voidwitch saga, tome 1

Maria Xi, surnommée Mars est secourue par un équipage composé de trois personnes ; Squid – le capitaine et alien, Trix et Mokie alors que son propre vaisseau était éparpillé façon puzzle en plein vide spatial.

Sa chance (et la leur) tourne quand Trix exige d’effectuer un scanner rétinien de routine avant de la laisser pénétrer sur le pont. Dès lors, la machine est enclenchée et tout ce petit monde se retrouve pourchassé par un croiseur de l’organisation para-militaire MEPHISTO.

Il ne fait aucun doute que leur intervention fait suite au contrôle initial de la rescapée, Mars. La raison s’illustre dans les heures qui suivent quand Maria utilise ses immenses pouvoirs psychiques pour se débarrasser de leurs poursuivants…

Lire la suite

Le Regard de Ken Liu…

… Sans concession sur le monde d’aujourd’hui.

Le Bélial

Mon ambition guère comparable à celle de Liu avec ce récit, se résume à lire la totalité des propositions de la collection Heure-Lumière. Bien que l’ensemble des textes ne m’ait pas systématiquement éblouie les neurones, leur qualité et leur diversité demeurent convaincantes. Le Regard de Ken Liu allie ces deux facettes avec une plume millimétrée.

Lire la suite

Voyageurs de Neal Asher

Tic tac…

Le roman fut entamé du bout des dents, une bouchée après l’autre car la thématique du voyage dans le temps m’a bien souvent laissée perplexe et déçue après ma lecture de La Suprématie de McAllister. Tout parût fade et sans saveur en comparaison. Or malgré un début sans grand enthousiasme, j’ai aimé Voyageurs de Neal Asher et j’ai fini par le dévorer tel un T-Rex avalant sa proie.

Il est certain que La machine à remonter le temps de Wells vient à l’esprit dès que le voyage temporel est abordé. Voyageurs emprunte à ce classique pour mieux le distordre dans ses boucles temporelles, à l’image, hé bien, de La Suprématie

Lire la suite