Pandore Abusée de Peter Hamilton

NE PAS OUVRIR LA BOITE!… Too late

L’étoile de Pandore, tome 1

Bragelonne

Avec cette tétralogie Pandore, Peter Hamilton a choisi le gigantisme pour poser le cadre d’une aventure tout aussi impressionnante. Il n’y a pas d’intention de révolutionner le genre SF, d’explorer des courants novateurs ou de spéculer sur des idées philosophiques d’avant-garde, uniquement l’ambition de nous faire vire des moments intenses et les frissons d’une aventure spatiale XXXL, sans que le fond ne soit délaissé pour autant.

Et, c’est plutôt très réussi, que ce soit pour Maned Wolf ou pour le lutin que je suis, lors de cette chouette lecture commune.

Pandore Abusée est le premier tome (Pandore Menacée est effectivement le deuxième tome), dont le fil rouge, simple en soi regorge, de coudes et de détours ainsi que de quelques trames secondaires qui font de cet univers un ensemble riche, cohérent et complet.

Tout commence lorsque l’astronome Dudley Bose depuis le fin fond de sa planète observe la disparition d’une étoile à mille années-lumières de là. Cet événement est sensationnel lorsqu’il est naturel, mais cerise sur le gâteau, il ne s’agit pas d’une extinction naturelle et brutale. L’étoile a été entourée artificiellement par une sphère Dyson.

Quelle prouesse ! Le mystère est tel, que les instances du Commonwealth décident d’organiser une expédition…

Lire la suite

Station : La chute d’Al Robertson

Ce Fist est frappant.. et un peu flippant!

Denoël/ Lunes d’encre

 

Station est un roman que j’attendais avec une impatience certaine tant les échos outre-atlantique étaient bons. Il s’agit d’un premier roman – encore un – de SF qui allie fond, action et « forme ».

« Après sept ans de Guerre Logicielle entre les intelligences artificielles rebelles de la Totalité et l’humanité – dirigée par les dieux du Panthéon, des consortiums qui se manifestent très rarement à leurs adorateurs –, la Terre n’est plus qu’un gigantesque champ de ruines. La plupart des humains ayant échappé au conflit vivent à bord de Station, un immense complexe spatial.
Jack Forster a combattu les IA de la Totalité pour le compte du Panthéon, secondé par Hugo Fist, une marionnette virtuelle, un logiciel de combat ultra-sophistiqué installé en lui. Considéré comme un traître parce qu’il s’est rendu à la Totalité, Jack revient des confins du système solaire pour laver son honneur et trouver sur Station les réponses aux questions qui le taraudent depuis sept ans.
Mais le temps presse : le contrat de licence de Fist arrive bientôt à échéance ; au-delà, c’est la marionnette qui prendra le contrôle, effaçant irrémédiablement l’esprit de Jack, le condamnant au néant.« 

Lire la suite

L’homme des jeux de Ian M. Banks

Attention à la dépendance!

Ça y est! Je me suis lancée dans le fameux cycle de La Culture de Ian M. Banks! Sa réputation m’intimidait franchement tant il place les standards des civilisations galactiques à des hauteurs vertigineuses.

Apophis m’a conseillée de commencer ma lecture avec L’Homme des jeux, une porte d’entrée toute indiquée. Que dire ?

Ce premier contact a été magique même si l’histoire en soi n’est pas exceptionnelle.

Lire la suite

Killing Gravity – Corey J. White

The voidwitch saga, tome 1

Maria Xi, surnommée Mars est secourue par un équipage composé de trois personnes ; Squid – le capitaine et alien, Trix et Mokie alors que son propre vaisseau était éparpillé façon puzzle en plein vide spatial.

Sa chance (et la leur) tourne quand Trix exige d’effectuer un scanner rétinien de routine avant de la laisser pénétrer sur le pont. Dès lors, la machine est enclenchée et tout ce petit monde se retrouve pourchassé par un croiseur de l’organisation para-militaire MEPHISTO.

Il ne fait aucun doute que leur intervention fait suite au contrôle initial de la rescapée, Mars. La raison s’illustre dans les heures qui suivent quand Maria utilise ses immenses pouvoirs psychiques pour se débarrasser de leurs poursuivants…

Lire la suite

Hypérion 1&2 – Dan Simmons

Hypérion de Dan Simmons

Les Cantos d’Hypérion, tome 1

Prix Locus, Prix Hugo

 

Il y a quelques temps, j’ai exprimé mon exaspération concernant le découpage d’Hypérion par les éditions Pocket. Une scission criminelle – séparant l’intrigue artificiellement et arbitrairement – qui laissait au lecteur un goût d’inachevé et de trahison (et d’être pris pour une vache à lait). C’est d’autant plus contraire à toute éthique qu’initialement le roman original en question n’est pas si volumineux.

Je vous propose donc une chronique complète du tome 1 et 2,  produit de notre édition bien française.

Hypérion narre le voyage au sens propre comme au figuré de sept pèlerins, choisis par les instances de l’Hégémonie pour formuler une supplique auprès du Gritche. Au cours de ce trajet, chacun va exposer les raisons de sa présence; des récits qui vont rythmer le roman de Dan Simmons.

Lire la suite

Dernier vaisseau pour l’Enfer – John Boyd

Dernier vaisseau pour l’Enfer de John Boyd

Denoël

 

Une fois la lecture achevée, il y a  presque un goût de déjà-vu. Car aussitôt revient en mémoire la date initiale de publication du livre en question : 1968. Et là, je me dit que les Divergente et compagnie n’ont décidément rien inventé, ni rien révolutionné dans le genre dystopie.

Initialement, je pensais avoir entre les mains le récit d’un amour impossible, un Roméo et Juliette des temps modernes. Dernier Vaisseau pour l’Enfer narre effectivement l’histoire d’amour entre deux jeunes gens appartenant à deux classes distinctes : lui est un étudiant en mathématiques, un M5; elle en littérature une A5. Deux lettres de l’alphabet, deux lettres contenues dans le terme abîme, illustrant parfaitement le gouffre qui sépare les deux classements génétiques.

Ce roman est prenant, et donne une petite leçon aux gros bestsellers en vogue.

Lire la suite

La Miséricorde de l’Ancillaire – Ann Leckie

La miséricorde de l’Ancillaire d’Ann Leckie

Les Chroniques du Radch, tome 3

Nouveaux Millénaires

Prix Locus 2016

La miséricorde de l’Ancillaire décrochait le prix Locus en 2016. Une performance remarquable puisqu’il a été nominé à l’Hugo ainsi qu’au Nebula et que les deux tomes précédents combinent deux Prix Hugo, un Nébula et deux Locus. Il y a de quoi laisser pantois devant la reconnaissance unanime de la profession. Pour autant, je ne comprends pas ce déferlement de prix (2 Hugo, 3 Locus, 1 Nebula, 2 Britsih Award…), et je ne suis toujours pas convaincue par le fond, manquant d’originalité, ni par la forme, alourdie par le choix de traduction.

Le lecteur qui poursuit cette chronique doit s’attendre à des révélations sur les tomes précédents.

Lire la suite