Isabel des feuilles mortes – Ian R. McLeod

UHL HS 2019

Lé Bélial

Isabel des feuilles mortes est une nouvelle de Ian R. Mcleod contenue dans le Hors Série 2019 de la collection UHL du Bélial.

Elle est précédée par un article d’Olivier Girard sur l’évolution de la collection, et suivi de la présentation des novellas éditées jusqu’alors. La nouvelle et le présent livre ne sont pas destinés à la vente, Le Bélial offrait cette UHL HS 2019 pour l’achat de deux autres titres (papier) en septembre.

Il s’agit donc d’une petite sucrerie à ne pas louper si vous aimez les UHL. Si vous découvrez cette série depuis peu, rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle opportunité.

Avec cette nouvelle, le lecteur arpentera (une nouvelle fois, si vous avez lu Poumon Vert), les Dix Mille et Un Mondes. Avec cette dénomination, l’influence du Moyen-Orient est clairement assumée, et elle n’en reste pas à ce seul stade de saupoudrage exotique. L’ambiance en est clairement marquée, tout comme l’architecture et quelques éléments de culture; culture, pas religion, hein… L’héroïne, Isabel est une des nombreuses Chanteuse de L’Aube qui éveille les vallées, contrées, campagnes au son de leur voix, pour gentiment pousser tout ce monde vers sa journée quotidienne.

Elles chantent tout en haut de leur Tour, une grande Tour,  afin que leur chant trouve un échos dans les moindres recoins de leur domaine. Les Chanteuses de l’Aube sont des pièces importantes dans cette société aux traditions exigeantes et irréfragables. Aussi, leur accueil dans au sein de l’Église de l’Aube en tant que Chanteuse, est-elle empreinte d’une solennité avérée; une cérémonie au terme de laquelle toutes les prétendantes deviennent aveugles. Toutes, sauf Isabel.

Une fois affectée à son poste, cette dernière s’acquitte de sa tâche avec diligence et discrétion. Cependant, cette jeune femme qui vit dans cette douce routine, ne peut pas totalement se fondre dans cette seule fonction. Un jour, elle assiste à la danse « cachée » d’une jeune bibliothécaire (accessoirement apicultrice 🙂 ). De ce moment de grâce, née une amitié profonde. Hélas, le chant d’Isabel s’en retrouve imperceptiblement modifié. Une nuance que perçoit toutefois, l’Intelligence centrale…

Le récit étonnera aussi bien par son ton plein d’humour et que par la poésie qui se dégage. La légèreté affichée souligne à la fois les travers de cette société férocement traditionaliste et le drame consécutif à cette amitié. L’impact en est multiplié, et le moment de grâce initial marquera d’autant plus la chute de cette histoire.

Tout simplement beau.

Autres Critiques:

Le Troll dans sa cave Orion penché sur son épauleJust A Word –  C’est pour sa culture et la notre VertLe Bibliocosme

30 réflexions sur “Isabel des feuilles mortes – Ian R. McLeod

  1. Lu aussi et beaucoup aimé, c’est vraiment un superbe texte. J’espère qu’on aura l’occasion de lire d’autres nouvelles dans cet univers, vu que j’avais bien aimé Poumon vert également ^^

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s