L’oeuf de Tanglemhor – Azaël Jhelil

Chroniques des secondes heures de Tanglemhor, tome 1

« Le temps des mensonges est terminé, sombre crétin. C’en est fini du règne des accapareurs ! Les gros porcs qui gouvernaient l’Alliance ne tromperont plus jamais personne ! Les histoires inventées par vos faux prophètes pour imposer leur soi-disant  »œuvre civilisatrice » ont vécu. Pourchassés par vos armées, réduits à la misère et à la famine loin de votre opulence, les peuples du Grand Aghar ont longtemps prié pour que leur vienne un sauveur. Alors, je suis venu. Moi, Krûl de Ssylsune,  »monstre » issu des marécages les plus sordides où vous avez pu nous repousser, je suis venu. Pour vous faire payer vos crimes, votre insupportable arrogance. L’heure de la vengeance a sonné ! Qraasch et Naarubsahoum vous réclament le prix du sang ! »

Quelle entrée en matière, n’est-ce pas ?

Le prologue est du même tonneau avec une scène d’ouverture cinématographique, bourrée d’action mais sans violence excessive, fait qu’il faut souligner. En effet à peine le combat contre le Vindicateur entamé à grand renfort d’effets et d’images spectaculaires, l’adversaire le met en échec de manière assez inattendue…. Dans ce chapitre d’ouverture, Azaël Jhelil donne le ton de son roman et de sa vision de la fantasy d’action. Vous vous attendez à aller vers le point A, avec l’expérience de vos lectures passées ? L’auteur décide lui de prendre un chemin de traverse et vous dirige vers une autre destination! Nous y reviendrons ultérieurement dans cette chronique.

Un univers de Dark fantasy, de la vraie!

Le Vindicateur est un hybride décidé à régner sur les Terres du Levant. Il sait sa tâche complexe, aussi ne mise-t-il pas tout sur la force brute, frontale et dévastatrice (souvent pour les deux camps). Son objectif est limpide : il veut réduire à l’impuissance les différents duchés et baronnies de ces terres, mais sans anéantir la -totalité de – la population. Ce n’est pas par grandeur d’âme qu’il ne souhaite pas tuer tous ses opposants, pleutres, courageux, ou simplement indifférents. Ni par pur esprit pragmatique, même si celui-ci est bien présent. Mettez-vous à sa place : n’est-ce pas jouissif d’avoir à sa botte ses ennemis d’hier ?… Et puis, ce peuple prompt à la lâcheté ou aux petits calculs ne mérite-t-il pas amplement de vivre à la dure?

L’oeuf de Tanglemhor est de la Dark fantasy. ET à la différence de nombreux textes francophones, il s’agit ici de véritable Dark fantasy, avec des personnages navigant en eaux troubles, des décisions plutôt équivoques, et une ambiance propre au genre. Les « héros » ne font – enfin! – pas semblant d’être des méchants qui au final ont vraiment bon cœur, et ne peuvent cacher leur nature généreuse (ou alignement loyal bon). Enfin presque tous.

L’ambiance est une réussite, tant l’auteur parvient à communiquer cette impression d’inéluctable, avec la progression des forces du Vindicateur envahissant Les terres du Levant. Cette sensation se trouve renforcée par les trahisons des hommes du cru cherchant à préserver le reste de leur puissance et un semblant de statut.

Lectrices et lecteurs auront bien du mal à se départir d’une angoisse insidieuse s’infiltrant à leur corps défendant. ET même lorsque notre héroïne est sur le point de réussir un bon coup, difficile de ne pas anticiper une catastrophe…

Nous ne sommes pas encore dans les zones grise de La Compagnie Noire, mais bien dans ce registre.

L’univers en lui-même est bien travaillé, distinct avec sa personnalité, émaillé de références. Nous restons dans une veine médiéval fantastique, qui s’éloigne cependant des propositions classiques avec des influences variées et des éléments « incongrus » (Age of Sigmar?).

Une galerie de personnages entre classicisme et pétulance

Nous avons déjà évoqué un des protagonistes principaux, le Vindicateur, Krûl, personnage sombre, puant la malfaisance, suffisamment retors et futé pour ne pas sombrer dans la caricature. De plus, son ascendance reptilienne lacertys donne du crédit à son attitude… vindicative.

Une de ses cibles privilégiée s’incarne dans la jeune duchesse Oriana de la Marche, fille du Duc (neutralisé de manière fourbe). Cette famille bénéficie d’une aura de droiture et de courage qu’il faut abattre. Elle pourrait être un symbole de ralliement bien trop incommodant pour laisser cette jeune femme dans la nature, libre de ses mouvements.

La jeune donzelle ne manque ni de toupet, ni de courage, l’auteur parvient à en faire une protagoniste loin des clichés « gnan-gnan » ou wonder woman qui desserviraient le roman. Elle garde une certaine naïveté, dans le bon sens du terme : une dose adéquate pour la rendre crédible. Nous n’échappons pas à certaines facilités scénaristiques, mais rien qui vienne gâcher la lecture.

Son entourage est riche de figures différentes, s’assurant de sa sécurité (ou pas), lui donnant des conseils (avec parcimonie), l’épaulant et la rassurant (à l’occasion).

Je signale un dramatis personnae en fin d’ouvrage, bienvenu pour suivre le va et vient des différents personnages au cours de l’aventure. Il est associé à un glossaire mais aussi à la mythologie des Terres du Levant, illustrant l’univers travaillé et riche créé par l’auteur.

A noter, l’Ombre, un aventurier cambrioleur qui aura maille à partir avec quelques sbires du vindicateur et qui pourrait être un allié de choix dans la libération des Terres du Levant…

Nous assisterons à une petite romance, essentiellement présente, ici, comme clin d’oeil mais aussi pour se moquer de quelques travers dans la littérature d’aujourd’hui!

En effet, Azaël Jhelil possède une bonne dose de dérision et de malice qui transparaissent dans son texte et permettent d’équilibrer cette histoire aux contours sombres, dégageant une once de désespoir…

Une intrigue bien orchestrée, une plume affûtée

L’intrigue reste en soi simple : combattre l’envahisseur. La mise en œuvre, quant à elle, s’avère bien plus corsée. Non seulement le Vindicateur vise plusieurs objectifs, mais l’opposition ne lui facilite pas la tâche. et doit réunir des forces et des alliés. Nous ne sommes pas dans les luttes de cours, les manigances politiques; ici, les trames prennent des voies plus obscures et tortueuses.

La plume est fort agréable, très visuelle. Les scènes de combat et d’affrontement se vivent quasiment viscéralement, le lecteur se retrouvant au centre de la mêlée. Et il faut ajouter qu’il y a un peu d’impertinence dans le propos de l’auteur (comme lorsqu’il se moque gentillement de la chik-lit…) très appréciable.

Beaucoup d’entre vous ne connaissent pas ce titre et sans doute pas cet auteur. L’oeuf de Tanglemhor fut une belle surprise et une lecture « plaisir », trés fun et prenante. Je vous encourage vivement à y goûter.

Ce livre est pour vous si :
  • vous aimez les univers soignés,
  • vous souhaitez adhérer à une rébellion
je vous le déconseille si
  • vous n’avez aucune affinité avec la dark fantasy
  • vous recherchez une magie spectaculaire
  • vous ne supportez pas les reptiles
Un petit coup de pouce pour votre lutin adoré :

Envie de soutenir le blog ? Vous pouvez le faire en passant par le lien en dessous (pas de frais supplémentaire!).

L’oeuf de Tanglemhor (17,90€)

Ceci m’aide à financer l’hébergement du site sans publicité et à organiser des concours avec des romans à offrir.

Merci à Manned Wolf pour son excellent conseil.

9 réflexions sur “L’oeuf de Tanglemhor – Azaël Jhelil

  1. Jamais entendu parler 😛
    Mais au moins tu le vend bien !
    Mais du coup, après renseignements pris, tu as lu la première édition du premier tome de 800 pages ou la seconde édition ou il a été coupé en deux et il fait 500 pages?
    (pour savoir)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s