Ring Shout – P. Djéli Clark

Macon, 1922. En 1915. le film Naissance d’une nation a ensorcelé l’Amérique et gonflé les rangs du Ku Klux Klan. qui depuis s’abreuve aux pensées les plus sombres des Blancs. A travers le pays, le Klan sème la terreur et se déchaîne sur les anciens esclaves, déterminé à faire régner l’enfer sur Terre. Mais les Ku Kluxes ne sont pas immortels. Sur leur chemin se dressent Maryse Boudreaux et ses compagnes de résistance : une tireuse d’élite à la langue bien pendue et une Harlem Hellfighter.
Armées de fusils, de bombes et d’une épée imprégnée de magie ancestrale, elles chassent ceux qui les traquent et renvoient les démons du Klan tout droit en enfer ; alors qu’un complot effroyable se trame à Macon et que la guerre contre le mal est sur le point de s’embraser.

Naissance d’une Nation, le catalyseur

Ce film datant de Griffith datant de 1915 eu un impact conséquent à sa sortie en salle aux USA. Muet, les images qu’il présente sont fortes et accrocheuses, les dialogues n’y sont pas nécessaires pour comprendre l’histoire et le point de vue très partisan de Griffith. Naissance d’une Nation relate la Guerre de Sécession (1861-1865) et les années qui suivirent, la Reconstruction; glorifiant le KKK (Ku Klux Klan), justifiant la ségrégation des afro-américains et les réduisant à des bêtes sauvages, des prédateurs sexuels et des voyous avides de revanche, tandis que les membres du KKK ne s’avèrent en fait que des chevaliers, défenseurs de la veuve et de l’orphelin.

En pleine période de ségrégation, la sortie du film provoqua moult remous : des accrochages, des émeutes et même des meurtres racistes et gratuits. Dans certaines villes, le film fut interdit dès sa sortie et même l’action en justice de Griffith auprès de la Cour Suprême (au nom du 1° amendement – la garantie de la liberté d’expression) fut déboutée par cette dernière, le 23 février 1915. Il s’agit donc dès son origine d’une oeuvre proprement clivante dans cette Amérique ségrégationniste.

Cette courte présentation du film de 1915 s’explique par son importance dans le roman Ring Shout de P. Djélì Clark.

En effet, à Macon en 1922, Naissance d’une Nation est au programme, faisant le bonheur des membres et partisans du KKK. En revanche, cette rediffusion inquiète la population afro-américaine locale car les exactions qui suivirent la précédente projection furent violentes et nombreuses. Parmi les inquiètes, trois femmes, Sadie, Maryse et Chef se dresse sur leur chemin. Elles savent que le film contient en soi un sortilège provoquant ces accès de violence sur les hommes blancs, ce qui sert ainsi les intérêts de monstres dissimulés – plus ou moins bien – parmi eux, les Ku Kluxes.

Dans l’arsenal à disposition, hormis une épée magique et des balles de gros calibre, un « cantique » magique : le Ring Shout.

Un avis en demi-teinte

Sans doute, en attendais-je trop, car j’avoue une certaine déception à la lecture de la novella. Une forme de révolution de la fantasy ? Pas entièrement, puisque l’auteur explore un pan lovecraftien du genre, certes en en prenant le contrepied, et même un positionnement clairement en négatif, mais en soi, cela s’avère peu révolutionnaire.

Ring Shout est loin d’être un mauvais texte, bien au contraire.

L’influence du film sur la population est utilisée avec intelligence, tout en participant activement à la fois à l’ambiance et aux enjeux. En outre, cette utilisation directe d’un média d’actualité de nos jours permet un ancrage dans notre réalité, tout en nous invitant directement à se projeter dans l’histoire. Cela fonctionne parfaitement, puisque nous nous sentons immergés au coeur de l’action et des exaltations.

Nos héroïnes, Sadie, Maryse et Chef, ainsi que tout leur clan nous donne un aperçu poignant de leurs conditions de vie et de leurs passions. Le cantique Ring Shout est une idée magistrale qui participe à donner du caractère à la novella, car même si je ne la considère pas « révolutionnaire », P. Djélì Clark nous offre un texte qui se distingue, qui possède une saveur unique.

J’ai ressenti une forme exutoire, une catharsis dans Ring Shout, des éléments très personnels finalement à la lecture.

Les autres points qui n’ont pas emporté mon adhésion : des scènes très graphiques (les 3 hommes qui se mettent à dévorer le cadavre d’un chien en pleine rue,…). La conclusion vers Providence.

Enfin, le style d’écriture fut à la fois immersif, crédible et un frein à ma lecture. Ecrit à la première personne, ce témoignage tout en verve et en spontanéité adopte un langage et une grammaire propres à la narratrice. Ces styles ne me chavirent pas, je suis plus sensible à des plumes poétiques (Victor Hugo et Alexandre Dumas sont mes auteurs de coeur). Pour ce texte, je suis certaine que la version audio m’aurait plu davantage.

Ce livre est pour vous si :
  • vous voulez lire un roman passionné
  • vous souhaitez une histoire sombre

je vous le déconseille si

  • vous n’aimez pas les histoires de monstres
  • vous vérifiez le dessous de votre lit et les placards avant de vous couchez
Autres critiques :

CélindanaëL’épaule d’Orion (en VO)Les chroniques du chroniqueurYuyineLa Bibliothèque d’Aelinel

Lu dans le cadre du :

Challenge Winter Short Stories of SFFF

Un petit coup de pouce pour votre lutin adoré :

Envie de soutenir le blog ? Vous pouvez le faire en passant par le lien en dessous (pas de frais supplémentaire!). Ceci m’aide à financer l’hébergement du site sans publicité et à organiser des concours avec des romans à offrir.

Ring Shout de P. Djeli Clark

Illustration : Tooth Wu

14 réflexions sur “Ring Shout – P. Djéli Clark

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s