Aeternia de Gabriel Katz

L’envers du monde

Aeternia, tome 2

Scinéo

Et un sous-titre à prendre aussi bien dans le sens littéral que figuré. Cette lecture commune avec Elhyandra s’est achevée avec bonheur. C’est un réel plaisir de découvrir l’œuvre de Gabriel Katz en sa compagnie. Nous vous avions proposé une double chronique avec La marche du Prophète, premier tome d’Aeternia (ma critique et celle d’Elhy)

« C’est l’heure du duel décisif entre les deux camps qui s’entredéchirent pour la cité mère de Kyrenia. Deux champions vont s’affronter sur le sable de l’arène, un combat qui peut faire basculer le destin d’un peuple entier. Mais quelques heures à peine avant le coup de gong, le culte du Prophète a perdu son champion. Qui affrontera le Corbeau, redoutable gladiateur du Temple ?
Déchirée par les luttes de pouvoir, la plus grande cité du monde est au bord de la guerre civile. Le culte millénaire de la Grand déesse, menacé par celui d’Ochin qui se répand comme un raz-de-marée, n’a plus qu’un recours : la violence. Entre complots, combats et trahisons, chacun lutte pour sauver sa place et parfois sa vie…« 

L’entrée en matière est un rappel tonitruant de l’ouverture de cette histoire lors du tome 1. Simplement, Leth Marek n’est pas le protagoniste de ce duel, mais Desmeon qui revit son ascension dans les arènes… et la chute spectaculaire qui s’en suivit. Ce combat qui lui ouvre les portes de la « finale » est parfait, tout en équilibre et en finesse. Mais, le duel qui l’attend face au Champion du camp de la Déesse est une autre histoire. Son adversaire est redoutable, et cuirassé comme jamais. Au nombre de ses atouts, outre une vitesse d’exécution ahurissante, un espadon de compétition ainsi qu’une potion versée dans la cruche de Dez. Les dés sont pipés et tout l’avenir du Culte d’Ochin est en péril.

Un culte qui finalement n’est pas aussi angélique que nous le pensions, ou que les fidèles le considèrent. Merci à l’intervention de feu – même si un doute subsiste – Leth Marek, Champion des Arènes, assassiné par une jeune femme.

Question apparence trompeuse, de son côté le temple partisan de la Déesse ne s’avère pas aussi corrompu ou exploiteur que le Prophète le chante. Les membres éminents de cet ordre sont ambitieux et rivalisent parfois de machiavélisme, mais à l’image de certains prêtes ou de Varian, il sont animés par une véritable foi et ils n’affament pas le peuple.  Ainsi, sont-ils moins diaboliques et égoïstes que prétendu.

L’opposition féroce entre deux religions n’est pas le seul élément du livre à connaître un renversement de perspective.

Varian fait beaucoup dans cette impression, mais il n’est pas le seul. Ismaen, le haut prête qui souhaite la place du Patriarche, malgré sa facette rigide, sa férocité et son ambition affichée, cherche à préserver la cité, les habitants (et son culte). Varian confirme son opportunisme et sa sensibilité dans ce tome. Un fringant jeune prêtre qui tente désespérément de répondre aux attentes, de remplir un office pour lequel il n’est pas taillé et surtout qui le rebute, presque sans fléchir.

Mais le personnage qui éclot avec fracas dans L’envers du monde est Desmeon. De l’agaçant bellâtre, il passe au statut de héros (ou anti-héros), alliant compétences martiales, intelligence et ruse.

Ce renversement de situation concerne tout aussi la belle Ness, Annoa, l’intendant du Culte d’Ochin que l’on croyait simplement manipulateur, même le Prophéte en prend pour son grade… L’habit ne fait décidément pas le moine.

Le premier volet de ce diptyque m’avait laissée sur mon quant-à-soi et dans l’expectative. Ce second tome est bien plus convaincant et divertissant.

L’action est au rendez-vous, avec des scènes de combat et d’affrontement très visuelles, des moments de bravoure, une symbiose romanesque, des rebondissements et des révélations fracassantes. Gabriel Katz n’hésite pas à saigner quelques figures importantes pour maintenir son lecteur dans une incertitude constante. Un sentiment d’être sur le fil nous poursuit tout au long de cette lecture.

Il faut souligner que la plume de l’auteur tout en humour et légèreté anime les pages avec habileté, amenant de la rondeur quand il le faut, et une esquive au timing parfait ou encore une feinte qui nous détourne de l’attaque principale. C’est bien fait, c’est divertissant, cela se lit tout seul. Le contrat est parfaitement rempli.

Pourtant, j’avoue un certain regret. Oui, je me suis bien amusée et pourtant, il y aurait tant de potentiel pour nous délivrer un roman, plus percutant, utilisant véritablement l’aspect sombre de la dark  – non pas comme sucrerie mais vraiment dans l’esprit dark – un roman plus palpitant en posant des enjeux moins superficiels (quel est le but du culte d’Ochin ?),  enfin un roman plus profond. J’ai parfois eu le sentiment de flirter avec la farce, alors que la plume de l’auteur est visiblement féconde, habile et avec un sens du dialogue et du timing avéré, un humour dosé à la perfection et une maîtrise des rebondissements et de l’action visible.

Aeternia est un roman de fantasy divertissant à souhait qui enchantera les amateurs du genre.

Ce livre est pour vous si :
  • vous aimez Le puits des Mémoires
  • vous êtes fan de fantasy
  • vous avez envie d’un roman plein de fun mais pas loufoque
je vous le déconseille si
  • vous n’avez pas le sens de l’humour. Aucun.
  • si vous ne jurez que par la Dark, pure et dure
  • si vous avez tendance à vous évanouir à la vue du sang
Autres critiques :

ElhyandraL’Ours InculteBlog-o-LivreAu pays des cave-trolls AmandaLe Bibliocosme Ombre Bones

Le livre :
  • Scrinéo
  • 27 août 2015
  • 416 pages
  • broché 2O €
  • E-book 9,99 € sans DRM

40 réflexions sur “Aeternia de Gabriel Katz

  1. J’ai justement trouvé que le final absurde (en ce qui concerne le Culte, je ne veux pas trop spoiler les futurs lecteurs) participait à la force de l’intrigue. C’est vrai qu’on peut se dire « tout ça… pour ça? » mais finalement, les pires tragédies démarrent souvent sur une base ridicule. C’est fort, il fallait oser.
    Ceci dit, comme toi, j’ai préféré le tome 2 et j’ai adoré Desmeon en personnage principal.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai!
      Mais en même temps, je pense qu’il a le potentiel d’aller plus loin et de nous offrir quelque chose de plus percutant.
      Bonne lecture, et excellent divertissement, avec un petit mais. 🙂

      J'aime

    1. J’avais lu tes critiques et je n’ai donc pas été plus surprise que cela du premier tome. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai continué car le premier tome, sans la fin était plutôt tiéde et rechauffée.
      J’espère qu’il nous entendra et qu’il écrira des romans avec un peu plus de profondeur et de « dark ».

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, je trouve aussi que c’est la fin du premier tome qui offre un second souffle à l’histoire. Sans cela, j’imagine qu’il aurait perdu beaucoup de lecteurs ^^
        Moi aussi, je l’espère. Je sais qu’il a sorti une autre série que je n’ai pas encore lue, il faudra tester 😉
        Mercii pour le lien 🙂 !

        Aimé par 1 personne

    1. Non, ce n’est pas possible, tu noterais de ton côté les traits que je souligne à la fin et qui me font avoir des regrets. C’est divertissant, mais il manque un petit quelque chose pour être entièrement satisfaisant – même pour moi, alors pour toi…

      Non, c’est juste une coïncidence.
      Nous avions prévu avec Elhy de lire le diptyque de Katz en début d’année.

      Et avec Maned Wolf, nous nous sommes aperçues que nous voulions lire Pandore toutes les deux, en même temps. Alors, on se le fait.

      Mais, non pas plus de LC que cela. Cependant, s’il y a un roman que tu veux faire en LC avec moi, pas de soucis! Mon programme est très flexible! 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Mais pas le mien, malheureusement. Je calcule au jour près en fonction des dates de sortie et du nombre de pages de chaque livre. Dans mon cas, m’adapter au rythme de lecture d’une autre personne dans le cadre d’une LC est quasi-impossible.

        Aimé par 1 personne

    1. Si tu lis mon avis sur le premier tome, tu verras que je suis très réservée. J’avais été un peu déçue. AU final, je me dis qu’un seul roman un peu etoffé aurait largement suffit et dynamiser le tout.
      Bon, c’est sympa comme roman, mais si le premier volume t’a laissée sur le carreau, inutile de persister. 🙂

      J'aime

  2. Boudicca

    J’ai découvert Katz avec ce diptyque et je partage totalement ton avis : c’est drôle, dynamique et, même si j’aurais aimé aussi que le côté dark soit plus étoffé, j’ai passé un très bon moment (je vais bientôt attaquer le tome 2 du Puits des mémoires ^^)

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : Aeternia, T2 : L’envers du monde par Gabriel Katz | Le monde d'Elhyandra

  4. Alors le prochain c’est Maitresse de guerre je pense ^^ vu qu’il nous fait découvrir la dernière héroïne (enfin une guerrière ^^) avant de retrouver plusieurs personnages dans La part des ombres si j’ai bien tout suivi ^^

    J'aime

    1. Oui, si tu attends qui passes la seconde pour démarrer une autre lecture de l’auteur, ne choisis pas ce diptyque.

      Maintenant, je me replonge dans l’aventure avec Jason et cette mystérieuse enveloppe qui a éclipser les étoiles et la Lune… et où le temps passe très, très vite…

      Aimé par 1 personne

        1. Je savais que tu trouverais! 😉
          Je me faisais la réflexion tout à l’heure, alors que je commençais le roman, qu’il y avait des auteurs qui possédais une musique vraiment personnelle dans leur écriture. Un rythme et des tournure qui me capte immédiatement et me donne envie de poursuivre uniquement avec cette mélodie.
          Avec Spin c’est impressionnant alors que je ne suis qu’au début. Le seul de RCW qui ne m’ait pas fait autant cet effet ce fut Les Perséides avec des nouvelles où je retrouvais bien l’homme à la baguette et d’autre où c’était en sourdine.

          Bref, Spin commence de manière impressionnante, et je suis ravie de l’avoir gardé jusque là, maintenant que je suis familiarisé avec RCW.
          D’ailleurs si tu regardes dans le blog, tu trouveras la photo de mon cadeau de la St Valentin avec 3 volumes!

          J'aime

  5. Ping : Froid galactique sur février 2018 – Albédo

  6. Ping : Quelques instants de lectures… – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s