The Last Astronaut – David Wellington

Lecture VO

Suite à l’avis enthousiaste de l’Épaule d’Orion, je ne me suis pas précipitée sur The Last Astronaut de David Wellington. Et pourtant (non, ce n’est pas une blague de Toto), me voici avec cette lecture à mon actif. La raison en est bien simple : mon cher et tendre époux me l’a offert pour me faire une petite surprise. Il sait combien j’ai aimé les films Interstellar et The Martian. Je lui ai rebattu les oreilles avec The Lady Astronaut of Mars,… La logique le conduisit tout … logiquement à sélectionner ce prometteur roman. Il s’était – au préalable – renseigné sur le texte pour vraiment satisfaire mon appétit d’aventures inter-galactiques.

Lors de la rédaction de cette chronique, j’ai rédigé un billet habituel, tentant d’équilibrer mon ressenti, et surtout de ne pas vous faire ployer sous mon propre enthousiasme. Et puis, je ne sais pas, je n’étais pas satisfaite. Ma critique était argumentée, avec quelques tournures un peu sauvages, les points positifs, l’histoire, les points moins positifs. Bref, la chronique classique.

Et pourtant (bis), cela ne correspondait pas du tout à mon ressenti global et finalement définitif. J’ai donc adopté une approche plus directe. Et contrairement à mon blogopote, Orion, j’ai décidé de ne souligner que les points positifs. Pour l’équilibre, il faudra donc lire nos deux chroniques!

Vous avez envie de lire un roman qui vous procure des frissons ? de suivre les aventures Sally Jansen, l’astronaute ultime de la Terre ? Vous avez envie de mystère autour d’un objet alien ?

The Last Astronaut est fait pour vous.

Au rang des points positifs :

  • The Last Astronaut se lit vite, et même très vite si vous employez la lecture en diagonale c’est encore mieux, histoire d’épargner vos chères pupilles. Si, si, c’est possible, et sans perdre le fil de l’intrigue. Pratique, non ?
  • Vous pouvez lire à deux, et, une page sur deux, c’est économique.
  • La trame et l’intrigue ne font pas mal aux neurones, un seul est nécessaire pour parvenir au bout de l’aventure.
  • Cela ne fatigue pas l’esprit, puisqu’il en manque une bonne dose. Tout est à prendre au premier degré. Inutile de chercher des sens cachés
  • La matière grise entre vos deux oreilles s’en trouvera bien aérée, la promesse affichée d’un « voyage au bout de l’esprit humain » ayant déclaré forfait avant d’avoir été abordée.
  • Le roman est parfait pour un voyage en avion, demandez à Orion!
  • L’égo humain est particulièrement soigné, le jeu de devinette vous procurera le sentiment d’être Le Champion de « Question pour un Champion » (KSpace pour SpaceX, seriously ?…)
  • Vous pouvez vous lancez dans la lecture VO, le niveau et le style, ici, sont très accessibles, grammaticalement exact ? j’ai des doutes en revanche….
  • l’ambition de l’auteur rivalise avec une certaine prétention, vous vous sentirez humble.
  • Il s’agit d’un roman féministe. Si,si, Sally est l’héroïne  l’élue.
  • Vous n’aurez aucun soucis à trouver votre nanard de l’année.

Voici un roman exceptionnel qui sollicite l’esprit, le moi, le surmoi, le toi et le corps. Ne me remerciez pas d’avoir trouvé pour vous le roman parfait pour vos voyages en avion.

Au rang des points négatifs :

  • Ma chronique est moins longue
Ce livre est pour vous si :
  • vous aimez une étude de l’âme humaine passée de vie à trépas (l’étude, hein).
  • vous aimez les romans survivalistes quand il s’agit d’une épreuve de parvenir à la fin
  • Si vous aimez les personnages travaillés à la truelle
je vous le déconseille si :
  • Vous ne supportez pas les rythmes entreposés
  • Vous souhaitez de la SF avec du suspens
  • Ces romans féministes vous soûlent….
Autres critiques :

Orion qui adore, lui

Un petit coup de pouce pour votre lutin adoré :

Envie de soutenir le blog ? Vous pouvez le faire en passant par le lien en dessous (pas de frais supplémentaire!).

Pour le coup, votre action est surtout du bénévolat ou une fiévreuse envie de soutenir le blog.

En Version originale  (15€, mais à deux, cela ne fait plus que 7,50€)

Ceci m’aide à financer l’hébergement du site sans publicité et à organiser des concours avec des romans à offrir.


Je suis un lutin un peu triste ces temps-ci, une maman un peu prise. Aussi, suis-je moins emballée, et très en retard dans mes chroniques. Notre fille s’en va faire ses études en prépa (math) à Albi, c’est génial, mais nos deux enfants ne sont désormais plus dans le nid douillet familial. Tous ces préparatifs occupent lourdement, la maman lutin/poule que je suis. Nous la déménageons ce week-end.

J’espère que mon petit coup de déprime sera rapidement terminé. Sorry à vous tous.

 

SSW

 

13 réflexions sur “The Last Astronaut – David Wellington

  1. Ça fait plaisir de voir le lutin de retour même déprimée. Voyons le bon côté des choses: tu pourras aller en vacances à Albi souvent, tu auras du temps libre pour aller aux Imaginales, voyager, te faire chouchouter par ton mari….Bon j’essaye juste de te changer les idées mais tu m’as fait rire avec ta chronique, bravo 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s