Émissaires des morts – Adam-Troy Castro

Albin Michel Imaginaire

J’espère avoir attisé votre curiosité tout au long du mois de décembre, avec mes articles concernant les nouvelles et la novella contenues dans le présent recueil : Émissaires des Morts d’Adam-Troy Castro. Ce choix s’explique à la fois par la qualité des textes que j’ai souhaité critiquer sans les réduire à une part congrue, limite asthmatique, ainsi que par la longueur du dit ouvrage pesant plus de 700 pages, le découpage de l’éditeur aurait impliqué un très long article.

L’auteur américain doit désormais vous être familier avec divers billets sur la blogosphère. Après la lecture des premiers récits, vous ne serez pas surprises ou surpris que ce dernier baigne dans le milieu juridique. Adam-Troy Castro a publié plusieurs romans et nouvelles dans l’univers d’Andréa Cort, juriste de choc et de charme. Les éditions Albin Michel Imaginaire prévoient déjà la parution du tome 2, The Third Claw of God sous le titre La Troisième griffe de Dieu (juin 2021) et nous ne pouvons qu’espérer que le succès soit au rendez-vous pour avoir le plaisir de lire la fin de l’aventure avec War of the Marionettes.

Un rapide retour sur les textes précédents

Le roman éponyme est précédé de 4 textes qui ont l’immense avantage de nous immerger peu à peu dans l’univers, nous faire découvrir le personnage central – tout en soignant son évolution – et de dévoiler la thématique forte du cycle : sentience et appareil juridique. Je vous suggère de les lire dans l’ordre pour apprécier pleinement à la fois le gain en maturité d’Andréa Cort et la gradation dans la réflexion sur le thème principal de l’ouvrage, du crime au châtiment. Le roman viendra boucler cette première partie du cycle, sur nous pourrions dire, le crime originel. Crime et châtiment, donc, tout en explorant le spectre juridique (certes édulcoré tant le sujet est vaste), en passant pas la jurisprudence, sans oublier l’impact culturel sur la construction d’un appareil judiciaire (en simplifiant largement : le système de « réparations » d’inspiration païenne, l’emprisonnement judéo-chrétienne, le châtiment plus oriental).

Les textes précédents :

Avec du Sang sur les Mains

Une défense infaillible

Les lâches n’ont pas de secret

Démons Invisibles

Le roman : Émissaires des morts

La lecture du roman pourra surprendre de prime abord car le rythme s’avère sensiblement différent des textes précédents, dont certains nous plongeaient dans l’histoire in média res. Ici, les premiers chapitres sont plus posés, prennent le temps de placer les enjeux, d’approcher les différents protagonistes et de soigner l’ambiance particulière de cette station Un Un Un, Hamac-Ville, ou encore de l’environnement végétal et vertical. Néanmoins, ce tempo est conforme à l’ouverture classique des romans, et les lecteurs s’adaptent rapidement.

Adam-Troy Castro s’accorde également le temps de poser les enjeux qui ne se cantonnent pas à la sphère juridique, lors de cette enquête André Cort devra se jouer des ressorts et des conséquences éminemment politiques. Les textes précédents possédaient cette dimension politico-diplomatique avec une confédération Homsap souvent décriée à travers la galaxie, sans toutefois atteindre ce degré d’imbrication.

La station Un Un Un fut bâtie par les IA, des IA que n’auraient pas renié Iain Banks, tant leur tangibilité tout comme leur influence perceptible (et invisible) sont grandes parmi les espèces pensantes de la galaxie. Nous comprenons rapidement que la Confédération Homsap éprouve une crainte importante et justifiée à l’idée de s’attirer l’inimité de telles « créatures ». Or, un crime a été commis sur la station des IA sur laquelle seul un petit détachement d’humains a été convié et en dehors de tout encadrement diplomatique. C’est Andréa Cort qui est dépêchée sur les lieux pour faire la lumière sur ce tragique événement. A son arrivée, une deuxième victime est à déplorer.

La mission est simple et sans ambiguïté :

  1. Trouver un coupable humain
  2. Si le coupable est une IA, appliquer n°1

L’intrigue s’avère suffisamment complexe pour séduire mêmes les amateurs des romans d’enquête. En effet, mis à part le sexe des deux victimes, tout diffère d’un crime à l’autre. Le mobile paraît obscur, les indices pointent dans diverses directions, les alibis sont nombreux, les modus opérandi n’ont rien à voir. Les témoins potentiels sont peu communicatifs : les IA et l’espèce indigène créée ex nihilo par ces dernières, les Brachiens ( C’est l’étude de ces « paresseux » qui explique la présence de ce corps expéditionnaire humain). Les premières savent la vérité, mais refuse de la communiquer. Est-ce un test? une manipulation ? un aveu de culpabilité ? ou bien autre chose ? Les second emploient un langage compréhensible mais tellement perché (désolée pour le jeu de mot…) que l’équipe présente semble incapable de relever la signification de leurs phrases cryptiques….

La tâche d’Andréa Cort paraît bien ardue, et les lecteurs ne cessent de se demander comment parviendra-t-elle à remplir sa mission dans les limites imposées par sa hiérarchie.

L’intrigue permet également à l’auteur d’explorer plus avant la perversion de l’appareil juridique à des fins politiques et/ou diplomatiques, ainsi que la délicate et pourtant crucial de la séparation des pouvoirs. L’Histoire de l’humanité et même l’actualité française présentent de tout temps les possibilités de dévoiement (ou la tentation de) de l’outil judiciaire.

Toutefois, la saveur d’émissaires des morts réside essentiellement dans l’étroit rapport avec Démons Invisibles qu’il faut avoir lu impérativement avant d’envisager la présente lecture. En effet, Adam-Troy Castro offre un retour au crime originel qui a fait basculé tant de vies, nous pourrions évoquer ainsi les failles de l’outil juridique en sus d’un programme bien chargé sur le thème de la Justice. Personnellement, j’ai adoré cette fin, qui non seulement donne une furieuse envie de lire la suite afin de savoir comment les uns et les autres obtiendront satisfaction, mais qui pousse aussi à relire l’ensemble avec une vision bien différente…

Exploration et développement de l’univers et du personnage.

Jusqu’alors, nous n’avions que quelques intervenants, tout en ayant la joie de découvrir d’autres espèces d’aliens, l’auteur ayant choisi d’ouvrir les horizons pour donner du corps à son univers et plus de percussion à son thème principal. Avec ce roman, les protagonistes sont bien plus nombreux, sans être réduits à des ébauches « ectoplasmiques », tout en paradoxalement se focalisant sur l’être humain, et presque exclusivement sur lui. Certes, il y a les Brachiens qui font partie du décorum et les IA qui sont au centre d’enjeux dépassant cette seule enquête. Toutefois, les interactions, les histoires personnelles, l’observation de leur adaptation à ce milieu vertical, tous les chemins mènent à eux.

Même l’exploration de l’univers se focalise en « interne » sur la station Un Un Un ( et donc également sur les IA, mais dans leurs interactions avec homo sapiens), et en « externe » sur la Confédération HomSap qui n’a finalement pas grand chose d’engageant…

Enfin, l’évolution de ce personnage atypique qu’est Andréa Cort participe à la qualité d’ensemble du roman. Émissaires des Morts d’Adam-Troy Castro propose une lecture alléchante qui parvient à combiner une intrigue juridique à tiroir, des enjeux existentiels, des moments d’émotions intenses, et un fonds accessible sans être docteur en philosophie. Comme quoi, un divertissement fin, réfléchi et intelligent peut s’avérer un gros coup de cœur.

Ce livre est pour vous si :
  • Vous aimez les personnages particulièrement bien sentis
  • Vous adorez les récits maitrisés, et les enquêtes
  • Vous éprouvez une curiosité pour le système judiciaire du futur
je vous le déconseille si :
  • Des vaisseaux spatiaux ? Encore!!!
  • Les femmes aux fourneaux!
  • Vous avez le vertige, c’est ballot.

Autres chroniques :

Maître Apophis OrionGromovarAu Pays des Cave TrollsLe MakiJustAWordYozoneArtemus DadaLe Lémurien qui s’est senti dans son univers La Geekosphère

Un petit coup de pouce pour votre lutin adoré :

Envie de soutenir le blog ? Vous pouvez le faire en passant par le lien en dessous (pas de frais supplémentaire!).

L’émissaire des morts

Ceci m’aide à financer l’hébergement du site sans publicité et à organiser des concours avec des romans à offrir.

17 réflexions sur “Émissaires des morts – Adam-Troy Castro

  1. Tout à fait d’accord avec ce bel avis. Andrea Cort, par son évolution de récit en récit est un personnage inoubliable qui contribue grandement à la qualité globale de l’oeuvre. Vivement la suite.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s