La 3° Griffe de Dieu – Adam-Troy Castro

Andrea Cort, Tome 2

Albin Michel Imaginaire

« En choisissant ses nouveaux maîtres, Andrea Cort a été bien récompensée : elle est devenue Procureure extraordinaire pour le Corps diplomatique de la Confédération homsap. Enfin libérée de la plupart des liens hiérarchiques, elle n’a plus à rendre compte de ses déplacements. Invitée par la famille Bettelhine – des marchands d’armes qui sont moralement complices de nombreux massacres et génocides –, elle se rend sur Xana. Andrea méprise les Bettelhines, mais la curiosité est plus forte : elle aimerait savoir ce qu’ils lui veulent. A peine arrivée au port orbital, des assassins tente de l’éliminer avec une arme extraterrestre vieille de 15 000 ans : la troisième griffe de Dieu. Une arme aux effets effroyables. Piégée dans un ascenseur spatial, Andrea va devoir mener l’enquête la plus périlleuse de sa carrière. »

Nous nous retrouvons avec le deuxième tome des aventures d’Andrea Cort, notre juriste de choc et qui se découvre un brin de charme. Précédemment, Adam-Troy Castro proposait quelques nouvelles et un récit haut perché axés sur la découverte juridique d’un univers fédéral assez large. La prise de contact avec son héroïne ne s’est pas fait sans heurt.

En effet, ce personnage, haut en couleur, pourrait appartenir à la classe des anti-héros. Toutefois, Adam-Troy Castro est bien plu subtil que cela; ainsi parvient-il à dépeindre une femme d’approche revêche, au ton acide, déterminée et assez glaciale. Son association avec le duo Porrinyard lui confère une touche de vulnérabilité approfondissant habilement son tempérament froid et détaché. Dès lors, difficile pour les lecteurs de ne pas l’apprécier avec ses failles, ses sautes d’humeur et son génie.

Le style de l’auteur continue de me rappeler Poul Anderson : des intrigues habiles, des retournements de situation presque grotesques parfois, des personnages très marqués, mémorables aussi bien dans leurs comportements, leur verve que dans leur faculté innée à trouver la solution à des situations inextricables. Et de l’humour.

Un huis-clos pour enrichir tout un univers

Hormis les quelques scènes d’introduction de l’aventure avec le débarquement sur la station Xana, et la tentative d’assassinat, nous serons plongés dans un huis-clos bien étouffant. Les circonstances et les événements qui nous seront décrits vont le rendre encore plus efficace que ce qu’il aurait pu être : un meurtre horrible, des odeurs à vous faire vomir, des pannes en cascades, un cordon de sécurité dont on ne devine les intentions,… Et, ai-je évoqué l’altitude ?

Adam-Troy Castro confirme dans ce deuxième tome une appétence pour l’altitude. De préférence, les très hautes altitudes qui ne laisseront aucune chance en cas de chute, simplement celle d’apprécier le paysage de longues minutes ou de faire un dernier et long point sur son existence.

Donc, nos protagonistes, Andrea et les Porrinyard inclus, se trouvent coincés dans un ascenseur spatial, certes de luxe, mais suspendus à un câble (énorme) tout de même. Visiblement, l’issue dépend des capacités de notre juriste à démêler les fils de ce puzzle : qui a tué et pourquoi ?

Comment semble évident : un châtiment horrible issu de l’imagination d’un rude peuple il y a quelques millénaires. La Griffe de Dieu! Et cette arme est dissimulée à bord du « Carrosse » de la famille Bettelhines, prête à être employée à tout moment.

Tension et angoisse sont au rendez-vous, aussi bien pour les personnages, que pour nous autres, lecteurs. La menace est présente, à fleur de peau, et l’anonymat du meurtrier fait peser les soupçons sur chacun d’entre eux, Andrea inclue.

Paradoxalement, c’est lors de ce huis-clos, particulièrement tendu et efficace que l’auteur choisit de nous dévoiler tout un pan de son univers. Certes, jusqu’alors, nous avions découvert d’autres espèces d’aliens et d’autres horizons donnant du corps à son univers et plus de percussion à son thème principal. La 3° Griffe de Dieu élargit les perspectives des lecteurs, les options choisies sont plus politiques, moins concentrées sur le domaine juridique. Le patchwork de cette galaxie, de cet agrégats de planètes, dévoilent un large éventail de situations, de conceptions et de philosophies de vies subies ou choisies en fonction des habitats. Rares sont les paradis, les frictions sont omniprésentes, les perspectives guère réjouissantes dans cet univers. Et règne en maîtres, la richissime famille Bettelhines, déversant ses armements, délivrant ses conseils, offrant la guerre pour quelques godets de sang.

Forcément, l’action qui nous occupe s’enveloppe de cette situation politique, brouillant les pistes, les motivations, car prisonniers du « Carrosse », se trouvent 3 héritiers direct du patron…

Le roman épouse parfaitement la réflexion du tome précédent et sans doute illustre une préoccupation d’Adam-Troy Castro : du crime au châtiment. Néanmoins, il élargit les notions criminelles qui ne sont plus exclusivement individuelles, et revêtent désormais une conception plus communautaire, ou encore verse dans le crime par association, ou tout simplement par loyauté, et bien d’autres encore.

Enfin, la chute s’achèvera sur le crime originel. Ainsi, crime et châtiment, encore et toujours.

Le roman est très bon, et je n’ai qu’un seul reproche : les 70 premières pages. 70 pages dédiées aux hormones d’Andrea qui ne pense qu’à sauter (sur) le duo Porrinyard. C’était un peu longuet, et vous connaissez mon penchant pour les amourettes!

La 3° Griffe de Dieu d’Adam-TRoy Castro confirme mon coup de coeur pour cette trilogie. L’auteur combine un huis-clos des plus efficaces à des enjeux politiques, sans oublier de nous délivrer des moments d’émotions intenses. Comme quoi, un divertissement fin, réfléchi et intelligent peut s’avérer une lecture des plus recommandables. L’évolution de ce personnage atypique qu’est Andréa Cort participe à la qualité d’ensemble du roman.

Les textes précédents :

Avec du Sang sur les Mains

Une défense infaillible

Les lâches n’ont pas de secret

Démons Invisibles

Émissaires des Morts

Ce livre est pour vous si :
  • Vous aimez les personnages particulièrement bien sentis
  • Vous adorez les récits maitrisés, et les enquêtes
  • Vous éprouvez une curiosité pour le système judiciaire du futur
je vous le déconseille si :
  • Des vaisseaux spatiaux ? Encore!!!
  • Les femmes aux fourneaux!
  • Vous avez le vertige et vous êtes claustrophobe, c’est ballot!

Autres chroniques :

XapurLe Maki – les blabla de TachanLa geekosphère

Un petit coup de pouce pour votre lutin adoré :

Envie de soutenir le blog ? Vous pouvez le faire en passant par le lien en dessous (pas de frais supplémentaire!). Ceci m’aide à financer l’hébergement du site sans publicité et à organiser des concours avec des romans à offrir.

La 3° Griffe de Dieu (24,90€)

13 réflexions sur “La 3° Griffe de Dieu – Adam-Troy Castro

  1. Merci pour le lien !
    J’aime quand une de mes séries coup de coeur est appréciée aussi largement que celle d’Andréa. C’est vraiment un très bon divertissement mais pas que, et quelle plume dynamique et immersive ! Hâte de la retrouver dans son prochain volet !

    Aimé par 1 personne

  2. Je l’ai lu il y a quelques jours du coup la chronique arrivera d’ici quelques semaines ^^
    En plus je me suis plein exactement des même choses que les 70 premières pages !
    J’ai mis 3/4 jours à les dépasser et je ne comprenais pas pourquoi j’avais tant de mal après avoir tant apprécié le premier tome. Heureusement que l’enquête démarre juste après, parce qu’un jour ou deux de plus et je l’aurai abandonné je pense.

    Aimé par 1 personne

  3. Perso j’ai moins aimé ce tome justement à cause des hormones d’Andrea, je trouve qu’elle change de trop une fois en couple et qu’elle se comporte de la même manière qu’Anita Blake même si on est sur deux genres littéraires différentes j’ai vu plein de parallèles et ça m’a cassée nette dans mon plaisir de lecture. Toutefois l’aspect enquête typée Agatha Christie et les enjeux dans l’univers étaient bien sympas. Bref à voir ce que racontera le 3e volet mais jusqu’ici je la préférais dans les nouvelles.

    Aimé par 1 personne

    • TU n’as pas tort quant à la similitude avec Anita Blake. J’avais eu cette impression d’avoir lu un personnage qui se comportait un peu ainsi, sans le remettre.
      J’ai eu du mal à passer ces 70/80 pages de la vie amoureuse et sexuelle d’Andrea, mais ensuite, l’enquête et les enjeux m’ont embarquée.
      Tu noteras que je suis moins enthousiaste sur ce tome que sur le premier qui était un gros coup de coeur.
      J’espère que le 3° tome ne va pas se concentrer sur son relationnel avec Porrinyard.

      Aimé par 1 personne

      • Ah j’avais oublié que tu avais lu aussi, ravie de t’avoir aidé à remettre un nom dessus du coup ! Et oui je l’ai bien noté, tout comme toi le premier avait été un super coup de coeur donc la chute n’en a été que plus rude. Et j’espère aussi que ça ne se concentrera pas sur ça TT je vais attendre que les premiers avis arrivent. Enfin, en espérant que AMI le traduise car cela semblait incertain…

        Aimé par 1 personne

  4. Je ne me souviens pas avoir trouvé long le début du roman.

    J’espère que le suivant sera traduit. Wait and see. Gilles Dumay communiquera probablement un jour ou l’autre sur le sujet.

    J'aime

  5. Je suis comme yogo, je ne me souviens pas avoir trouvé le début long, et pourtant je ne suis pas fan des amourettes non plus 🤔
    En tout cas très bon livre et je vais croiser les doigts pour la suite !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s